Quand la famille s’en mêle: Suite de relations à distance

Les voilà enfin ensemble. Ils en ont tellement rêvé de ce moment. Rattraper le temps, non perdu, mais le temps qu’ils n’ont pas pu partager. Les sorties, les premiers bisous, se tenir la main, se balader. Tout ce qu’il y a de plus normal pour un jeune couple. Rien d’extraordinaire mais ….

Ce sont deux jeunes de confession musulmane qui vivent dans un pays français certes, mais où la religion a plus que son importance. On ne s’affiche pas en public sans être mariés, du moins cela devrait être ainsi. Ils sont pratiquants et cherchent la bénédiction de leurs parents afin que leur union puisse aboutir. Mais vous le savez bien, on a pas ce que veut parce qu’on le veut. C’est parfois très difficile d’arriver à se faire accepter d’un côté comme de l’autre.

La famille : Un frein à leur union?

Lors de ce premier voyage ils décident d’entamer les discussions avec les familles respectives. Elle est d’origine comorienne et lui d’origine mahoraise. Il vit en France métropolitaine et elle à Mayotte. La logique voudrait, comme dans beaucoup de pays d’Afrique, que chacun se marie avec une personne du même pays, de la même culture voire idéalement du même village et du bon caste (un critère important pour les parents). Mais nous le savons et j’ai envie de dire « heureusement », le monde a évolué, les gens se mélangent et le métissage est une richesse. Pour revenir à nos deux amoureux, plein d’espoir ils organisent la rencontre des deux familles. À première vue, il n’y aurait aucun problème. C’est ce qu’ils pensaient. Il en est ressorti qu’ils ne peuvaient pas se marier à ce moment-là. La mère de monsieur ne s’était pas préparée à celà visiblement. Il faut en discuter avec le reste de la famille, s’organiser… Il est convenu qu’ils patientent un petit peu, jusqu’à l’année suivante. C’est normal. Ils comprennent. C’est déjà un premier pas.

La vie doit reprendre son cours en attendant. Il faut profiter des derniers jours pour passer un peu de temps ensemble. Alors ils se voient soit chez l’une, soit chez l’autre. Bien-sûr en présence de la famille. Il est très accepté, tout le monde l’adore. Il faut dire qu’il est très sympathique et très respectueux. Il est ce genre de garçon dont la sincérité ne laisse place à aucun doute. Elle en revanche semble ne pas avoir le même accueil de l’autre côté malgré autant de qualités. Serait-ce parce qu’elle n’est pas mahoraise, pas de la bonne famille ou qu’elle n’est pas en situation régulière (sans papiers comme on dit là bas)? Non, elle ne l’a pas caché. Pour mieux comprendre ce contexte je vous invite à lire « Mon parcours d’immigrante. » Mais faisons une petite parenthèse: il faut savoir que Mayotte est une Île Française (101ème département français) faisant géographiquement partie de l’archipel des Comores (je ne vais pas rentrer sur le côté politique, je n’en suis pas légitime). De ce fait il y a une grosse vague d’immigration des autres îles des Comores vers cette dernière car les conditions de vie sont meilleures. Mais le fait est que certains pour ne pas dire beaucoup abusent parfois de l’amour et de la gentillesse de mahorais et mahoraises de souche pour avoir une situation régulière, et les dénigrent ou les abandonnent par la suite. C’est très triste, mais malheureusement très courant. Cette réalité fait que la majorité n’a plus aucune confiance et se méfie énormément, du moins c’est ce qu’on peut percevoir. Il y a de quoi. Et de toute manière le contexte conflictuel politique entre les 3 autres îles de la Lune (Grande-Comore, Anjouan, Mohéli) et Mayotte ne favorise pas les choses. En effet cela n’arrange pas énormément les personnes sincères qui ne demandent qu’à s’aimer et construire leur vie. Mais il faut savoir que tout le monde n’est pas pareil, fort heureusement.

Pour revenir à notre jeune couple, malgré les raisons avancées par la belle-famille, celle-ci était en tête de liste (la situation irrégulière), du moins on peut le penser au vu de la situation. Elle en était sûre, mais cela ne l’a jamais empêché de rester courtoise. De faire son maximum pour que les choses aillent toujours mieux. Il faut se battre et non se plaindre.

Le temps est passé, les vacances sont finies, c’est le moment de reprendre le vol. Retour à la relation à distance. Cela reste une déchirure, mais c’est différent maintenant. Ils vont pouvoir avancer, penser et parler de l’avenir.

Le voyage de la déception

Pendant un an il a travaillé dur pour retourner voir sa chérie. La scène des retrouvailles est différente, mais avec toujours autant d’émotions. Elle a déjà préparé sa tenue, ses accessoires. Ils sont impatients, enfin ils vont pouvoir se dire « oui. » C’est ce qu’ils espéraient. Il y a toujours cette réticence du côté de monsieur. Belle maman n’est toujours pas prête. Son père lui ne le veut pas visiblement. Ils estiment qu’ils sont trop jeunes pour s’unir (ils sont très matures pour leur jeune âge il faut le souligner). Que leur enfant n’est pas encore prêt à s’occuper d’une femme. Toutes les raisons classiques qu’on peut avancer pour ne pas dire réellement ce qui pose problème. J’imagine qu’il faut être à leur place pour comprendre.

La mère de la jeune fille s’énerve à son tour. Elle ne comprend pas que cela ne dérange pas à ses « beaux-parents » que leurs enfants se côtoient mais que cela les gêne qu’ils veuillent officialiser leur relation et construire leur vie. Il s’agit de sa fille, elle ne tolère pas ce traitement. Que vont dire les gens qui vont les voir dehors ensemble tout en sachant qu’ils ne se marieront peut-être jamais? Oui, l’avis et les regards des autres comptent beaucoup il faut le dire. Tout le monde se connaît et les nouvelles se propagent vite. Alors dorénavant ils ne peuvent plus se voir. La situation est un peu tendue et les premiers à souffrir sont les principaux concernés. C’est la 2 ème fois qu’il vient pour elle, mais toujours rien.

Ils doivent à présent se cacher pour se voir. Ce qu’ils ne doivent pas faire. Ils le savent, mais vous le savez parfois l’amour est plus fort que la raison. Comment accepter une telle situation? Passer autant de temps éloignés pour ensuite ne pas avoir le droit de se voir. Ce second voyage a tourné court. À quoi bon rester là ? Continuer à ne se parler que par téléphone… Alors les coeurs brisés, ils décident tous les deux qu’il doit repartir. Que c’est mieux ainsi. Qu’ils vont encore patienter jusqu’à ce qu’ils aient l’accord des parents, mais surtout leur bénédiction. Il rentre prématurément, et rebelote. Reprise de la relation à distance.

Quelle suite pour ce jeune couple ?

L’été qui a suivi (2019) ils ne se sont pas vu. Ils ont estimé que cela ne servirait à rien de revivre la même situation pour la 3 ème fois. C’est très dur pour eux d’entretenir cette relation, mais quand il y a l’amour et la confiance on peut résister à bien des déchirures et surmonter ensemble ce genre de problème. Il y a eu des hauts et des bas, mais ils sont toujours là. Il ne lâche pas, elle n’ont plus. Ironie du sort, mademoiselle a vu sa situation se régulariser entre-temps. Va-t-on encore lui faire comprendre (de manière implicite) que c’est par intérêt qu’elle veut l’épouser? Elle peut partir quand elle le veut pour se rapprocher de lui. Mais ce sont des enfants bien élevés, qui respectent les coutumes et la religion. Alors ils se sont promis qu’elle ne partira de chez elle qu’une fois qu’il lui aurait mis la bague au doigt. Qu’il partira avec elle non pas en étant sa copine, mais sa femme. 2020 sera t-elle leur année ? On leur souhaite de tout coeur et j’espère revenir vous dire: « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. »

Vous le savez, quand la famille met des barrières et n’approuve pas une union cela peut mal se finir, de même qu’il peut y avoir des fins heureuses. Beaucoup ne comprennent pas qu’il s’agit là de l’avenir de deux êtres qui se sont choisis mutuellement et en leur âme et conscience. Parfois on projette sur ses enfants la vie qu’on aurait aimé mener et la manière dont on l’aurait fait. J’imagine qu’il est difficile pour une mère de voir son enfant quitter le nid, de le voir s’occuper d’une autre femme. On lui souhaite le meilleur alors on veut tout décider à sa place. Mais est-ce comme celà qu’il faut faire ? Chers parents, comprenez que vous êtes et resterez irremplaçables. L’amour qu’on a pour sa mère/son père n’est pas comparable à celui qu’on a pour son compagnon/sa compagne. Apprenez à écouter vos enfants, à les conseiller pour les aider à prendre les meilleures décisions et non à décider pour eux.

Et vous? Avez-vous vécu ce genre de relation ? Connaissez-vous (ou avez-vous connu) un couple dans cette impasse ? Quels sont vos conseils? N’hésitez pas à nous partager vos histoires.

Contact.lesaventuresdenas@gmail

À très bientôt.

NasYou.

Catégories :Le quotidien

1 réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.