Adieu! Je m’en vais!

Bonjour chers lecteurs. J’espère que vous allez bien. Que vous êtes en bonne santé. Je vais évoquer un sujet un peu triste je le sais, mais… Vous est-il déjà arrivé de penser à vos derniers instants? Ce que vous diriez, ce que vous feriez? Oui, la vie est si courte n’est-ce pas ? Dailleurs n’oubliez pas de leur dire à quel point vous les aimez. Si réellement vous les aimez. L’Homme est si fragile, telle une fourmi sans défense. Alors profitez de chaque seconde car le temps n’est que trop précieux.

Celà fait déjà 3 ans que j’ai écrit ce texte. Il a été un peu modifié, quelques mots par ci, d’autres par là. Mais le sujet ne vieillit pas, il traverse le temps. Parfois on a tellement l’impression de l’avoir ce temps, que l’on oublie le plus important. Il n’est pas des plus gays, je le sais. Mais la vie c’est comme ça. Un peu joyeuse et triste à la fois.

"Je m'en vais madame 
Je m'en vais ma femme. 
Toi qui a su me rendre homme 
Je m'en vais sans armes.
Je t'offre mon âme.
Mais je t'en supplie essuie tes larmes. 

Je m'en vais le monde, mais je vous aime
Chaque seconde, oh que je vous aime!
Ce que l'on a vécu, je le garde. 
Vous serez dans mon cœur même aux cieux.

Souriez, riez et criez d'amour! 
Aimez-vous sans la peur que tout ça finisse.
C'est la vie, on nous donne et on nous reprend.
Mais vivez, vivez cette putain de vie.

Hey! Ne t'en fais pas ma fille
Je t'accompagnerai dans tes pas
Tu ne grandiras pas sans moi, je ne serai pas absent 
Jamais loin de toi, ma vie, mon enfant. 

Allez, un effort! Souriez, riez et criez d'amour! 
Aimez-vous sans la peur que tout ça finisse. 
C'est la vie, on nous donne et on nous reprend.
Mais vivez, oui vivez, cette unique vie.

Oui, laissez-moi partir. 
Mais non, je ne suis pas pressé.   
C'est un fait, je l'accepte.
Et je ne peux lutter. 
Pas que je ne veuille rester,
Vous le savez. J'adorerais. 

Je vous y attendrai sans faute 
Mais prenez votre temps
Il vous reste tant à vivre, 
J'ai dû faire mon temps.
J'y vais, mais promis,
On se le racontera.

Je m'en vais mon homme. 
Toi, mon binôme 
Toi qui a su relevé mon charme 
Je m'en vais sans armes. 
Et je t'offre mon âme.   
Mais je t'en supplie, essuie tes larmes!"

Ah le temps! Notre allié et notre ennemi. Plus on l’a, plus on le veut. Mais quand tout s’arrête on ne s’y attend pas. N’oubliez pas de vivre, profiter de chaque instant. De faire le bien ou le mal, le choix vous appartiendra. La vie est si courte et si belle. C’est comme ça. Un peu triste et joyeuse à la fois.

Prenez soin de vous et à très bientôt.

NasYou.

Catégories :Humeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.