Mon âme d’enfant

Vous est-il déjà arrivé de penser à votre enfance? Tout était si simple, oui si simple. L’insouciance, l’innocence. Aujourd’hui quand j’y réfléchis, je me dit quand-même que rien n’est plus comme avant. Parfois je suis tellement nostalgique de cette époque où je ne pensais qu’à m’amuser avec mes copains et copines. Bien-sûr il fallait aller à l’école, au chioni (école coranique), participer aux tâches ménagères et aider à faire la cuisine. Mais les meilleurs moments c’est quand-même à l’extérieur qu’on les vivait. Un gros bisous à tous mes amis d’enfance qui passeront par là et qui me reconnaîtront.

Quand je vois la jeunesse d’aujourd’hui, je me dit qu’ils ont manqué une époque qui ne reviendra pas à la mode. Non, tout n’est pas vintage. Avant tout avait une valeur sentimentale et les choses les plus simples étaient tellement meilleures.

Les jouets de mon enfance :

J’aurais aimé vous montrer à quoi ressemblait la poupée de mon enfance. Malheureusement de là où je suis (en région parisienne, dans un appartement) je n’ai pas trouvé la matière première pour la créer. Si des connaisseurs passent par ici, ramenez-nous des images s’il vous plaît. En attendant, passons à la voiture de mon enfance. Dans le quartier il y a ceux qui avaient de la famille à l’extérieur (en France métropolitaine en l’occurrence) et qui pouvaient avoir des petites voitures achetés en magasin. La mienne ou plutôt la nôtre (si vous vous y reconnaissez), n’avait besoin que d’une boîte de sardine vide, 4 bouchons et 2 petits bâtonnets pour rouler. Quoi de plus simple! Avec une valeur de zéro euro (franc pour mon pays d’origine, la Grande Comore) nous étions si heureux.

Il faut savoir qu’on y fabriquait tout ce que nos parents ne pouvaient nous offrir. Bien-sûr qu’on rêvait d’avoir les vrais, mais comme on dit, parfois il faut se contenter de ce qu’on a. Dans nos familles nombreuses, il y avait bien d’autres priorités. Ainsi, il nous suffisait d’un bout de papier pour construire notre bateau. Nous sommes d’accord qu’il ne pouvait pas tenir longtemps dans l’eau et aller bien loin mais c’était tellement sympathique.

Je me rappelle. Je me rappelle qu’avec mes copians et copines on s’amusait à construire des petites cabanes. On y reproduisait une vie de famille. On désignait qui serait le papa, la maman, le tonton, le papi, la mami, l’enfant… En même temps que j’écris ceci il y a tellement de choses qui me reviennent, vous n’imaginez même pas. Il est certain que si le téléphone portable existait pour nous à cette époque, ce sont ces moments que j’aurais capturé. Pour l’anecdote, j’adorais jouer la maman. J’aimais trop m’occuper des autres, faire à manger etc… Mais aujourd’hui je réalise que ce n’était pas qu’un rôle, je suis réellement comme ça.

Quand j’étais enfant, jouer aux cartes était sûrement un de mes passe-temps favoris. Celui-là on ne le fabriquait pas. On se le prêtait. Je confesse même avoir déjà dérobé une carte qui manquait dans notre jeu à quelqu’un d’autre pour la remplacer. Mon jeu favoris? C’était le Kems. Vous souvenez-vous?

Le but est de réunir 4 cartes de valeur identiques dans son jeu et de le faire deviner à son coéquipier. Il faut un certain sens de l’observation et de rapidité de la part de tous les participants

Ma vision d’adulte:

Et oui, c’est une époque révolue. On le sait tous la société à beaucoup changé. C’est comme ça, il faut suivre le rythme et ne pas rester cloué sur son passé. Le point commun entre tous ces jeux auxquels on a pu joué (ceux qui les ont connu) et malgré qu’ils n’étaient pas tous vrais, eh bien c’est qu’avec, nous avons quand-même vécu des vrais moments de partage. Nous étions ensemble, presque tout le temps et ça, c’est unique. Aujourd’hui j’ai parfois l’impression que les enfants ne sont jamais satisfaits, ils en veulent toujours plus, encore et encore. Et chers bons parents que nous sommes (je le suis pour mes frères, soeurs et neveux) nous cédons toujours à tout, parce qu’on veut qu’ils ne manquent de rien. Alors on achète, ils jettent, puis on rachète…

Les enfants sont isolés, se ventent d’avoir plus de choses que leurs camarades mais n’en profitent pas spécialement. Oui, je sais. Nous sommes dans une société de consommation, peut-être pas la meilleure chose d’ailleurs. Mais parfois je trouve dommage de ne pas montrer, expliquer à ses bouts de choux, la valeur des choses. Que parfois on a besoin d’un rien pour être heureux. Et qu’on peut finir malheureux en ayant tout. Non, ce n’est pas la morale d’une petite vieille aigrie qui n’a pas eu de barbies dans son enfance, c’est juste ma vision. Celle que j’ai de la société d’hier, et d’aujourd’hui. Parfois ça fait du bien de se souvenir d’où l’on vient pour savoir où on veut aller.

Et vous? Quels étaient vos jouets? Les moments de bonheur de votre enfance? Partagez-les nous en commentaires.

À très bientôt.

NasYou.

Catégories :Humeur, Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.