Le business des mariages comoriens en France

Le mariage! La consécration pour deux personnes qui s’aiment, le début d’une nouvelle vie. Le mariage est normalement un des plus beaux moments dans le parcours d’un couple. Normalement. Beaucoup rêvent de ce jour pris dans un amour fou, que dis-je un coup de foudre qui semble éternel. Cette cérémonie pendant laquelle amis et familles se réunissent pour notre plus grand bonheur. C’est très beau tout ça, mais malheureusement parfois le contexte est moins glamour. Le mariage est aussi vu comme un business pour certains. C’est très répandu mais nous fermons tous les yeux. Chut, c’est tabou. J’imagine que ce genre de chose existe dans beaucoup de pays, mais je vais ici parler du mien, la Grande Comore. Du peu que j’en sais et qui est déjà peut-être assez trop. Je vois arriver les critiques venant de certains de mes compatriotes. Sûrement ceux qui vont estimer que je m’attaque à une institution. J’aimerais que vous l’exprimiez ici, afin que nous puissions en débattre ensemble. Corriger mes erreurs et nous donner plus d’informations.

Le (GRAND) mariage au Comores.

Nous le savons tous, le mariage est une étape essentielle dans la vie d’une personne. La société nous impose un schéma qui est celui de faire des études, être stable financièrement et ensuite se caser et fonder une famille. Au Comores comme dans d’autres pays d’Afrique ce n’est pas forcément dans cette ordre que se font les choses. Le mariage semble être beaucoup plus important que le reste. Dès notre jeune âge on nous parle de ça, on nous conditionne. Cela se fait de moins en moins il me semble, mais les parents prévoient déjà avec qui leurs enfants vont se marier, choisissent les familles, les castes…

En Grande-Comore on parle plus de Grand mariage et non seulement de mariage. Il faut savoir que c’est un événement qui coûte assez cher par rapport à notre niveau de vie. Je continue de croire que la jeunesse est l’avenir de notre pays et qu’il y aura un changement positif (raison pour laquelle j’apporte mon soutien quand je le peux à ceux qui entreprennent et je vous invite et en faire de même) mais en attendant je ne peux nier que nous faisons partie des pays les plus pauvres du monde. Alors forcément lorsqu’on attend les sommes exorbitantes (en milliers d’euros) dépensées pendant une semaine de festivités, pour ensuite mourrir de faim, on peut s’interroger quant à la nécessité de tout ça. Il y aura toujours des débats sur les coutumes et traditions, moi je veux ici m’intéresser au business fait autour de cet événement en France.

Les mariages comoriens en France

Il faut savoir que le Grand-mariage appelé localement le « anda » ou « N’dola n’kou » n’est valable que s’il est fait aux Comores. C’est une institution fondamentale de notre société, parfois même le but d’une vie. Ici en France on parle de mariage en salle. Il y a autant de dépenses (bon un peu moins quand-même) mais c’est vraiment une autre ambiance. Il n’y a pas toutes les étapes d’un vrai Anda. Le Oukoumbi, cérémonie pendant laquelle on présente la mariée aux autres femmes (notamment celles de la belle-famille), est la plus importante pour cette dernière. Nous en avons déjà un peu parlé dans l’article consacré à Dj Djo Mix Djo. Tous les convives dansent en chantonnant des morceaux traditionnels (ambiance assurée par un Dj, il fut un temps où ce sont les femmes qui chantaient directement accompagnées de quelques instruments) et mettent de l’argent dans la robe de la mariée quand ils passent la féliciter. C’est son dû. On utilise des boîtes (sous la surveillance de quelqu’un) de préférence pour éviter le vol car il est en effet très facile de dérober quelques billets sans se faire prendre.

Le fait est que pendant cette festivité la mariée peut repartir avec un beau pactole si la salle est très remplie et selon les familles. En moyenne dans les 10 000€ et ça peut doubler assez facilement voir plus. Ce qui est une bonne chose, ce n’est pas de l’argent volé. Mais malheureusement ces grosses sommes ont conduit à un marché qui laisse peu de place à l’humanité, à l’amour véritable.

LES abus de faiblesse

Pourquoi parle t-on de business? À partir du moment où on monnaie le mariage de sa fille ne s’agit-il pas bien là d’un business? Dit ainsi ça paraît un peu violent et mes propos n’engagent que moi. Je parle d’abus de faiblesse car ça touche beaucoup de jeunes comoriens (les garçons en général) qui sont déjà dans une situation de précarité.

Je m’explique. Beaucoup de jeunes comoriens venus en France de manière légale (avec visa, étudiant par exemple) ou illégale (sans visa, ou en usant d’autres moyens à la recherche d’une vie meilleure) se retrouvent souvent coincés administrativement à un moment donné, c’est à dire qu’ils finissent par se retrouver en situation irrégulière (à la fin des études) et donc dans l’impossibilité de travailler, d’avoir une vie sociale sereine … Et ce sont ces jeunes là qui se font avoir. Je parle de jeunes garçons en général mais ça arrive aussi aux filles.

Alors on peut relever plusieurs cas de figures mais nous allons rester sur deux pour ne pas être plus long. Dans le premier cas, le jeune homme va s’amouracher d’une jeune fille qui elle va être en situation régulière voire même ayant la nationalité française (l’idéal). Les choses commencent à devenir sérieuses, ils s’aiment au point d’en parler aux familles. Mais le fait d’être « sans papiers » sera son point faible, malgré sa bonté, sa générosité ou quelque qualité que ce soit. C’est là que la famille de la fille va intervenir pour poser ses conditions. C’est comme si elle lui disait: « tu veux notre fille? D’accord pas de problème. Il faut une dote de 5 000€, 10 000€ (voir plus) et un mariage en salle. Pourquoi? Parce que si tu te maries avec elle tu en ressortiras gagnant car tu verras ta situation se régulariser. Tu auras des enfants, donc c’est normal de payer. » J’exagère peut-être un peu, mais n’en suis pas loin.

Certes, la dote est une obligation de l’homme envers sa future femme (oui c’est un pays musulman) mais il n’y a pas de minimum ou de maximum exigé et il y a beaucoup d’excès à mon sens.

[La loi islamique n’a déterminé ni minimum ni maximum légal pour la dot, car les gens n’ont pas tous les mêmes richesses ni la même aisance et chaque pays a ses coutumes et ses pratiques en la matière. La détermination du quantum de la dot a donc été laissée à l’appréciation de chacun, afin que les gens donnent en fonction de leurs moyens et suivant les pratiques qui ont cours dans leurs pays respectifs.] Source: Sajidine.com

Dans le deuxième cas, la fille a son petit copain, sa famille le sait (dans beaucoup de cas). Mais comme ce dernier ne vas pas être capable de la ramener en salle, ou ne correspond pas forcément aux critères voulus par la famille (pas du même village, pas du bon caste, de la bonne famille…) pour LE mariage de leur enfant, il va y avoir une espèce de pacte. C’est-à-dire que les parents vont expliquer à leur fille qu’il y a un homme du village qui cherche une épouse (donc prêt financièrement), et qu’il serait bien d’accepter de se marier avec lui quitte à s’en séparer une fois les festivités terminées, et poursuivre sa vie ensuite. Oui parce qu’au final la suite compte peu, tant qu’elle a déjà été mariée honorablement aux yeux des autres. Pour le motif du divorce ce n’est pas bien compliqué à trouver n’est-ce pas? Les gens se séparent pour un oui ou pour non à notre époque, donc ça ne surprendrait même pas la communauté. Et malheureusement ça arrive trop souvent.

Le vice de CETTE PRATIQUE

Vous allez peut-être me dire que les familles ne cherchent que le bonheur de leurs enfants. Faux, la preuve en est que ce sont elles qui programment le coup. ATTENTION. Je ne généralise pas. Fort heureusement beaucoup sont dotées de conscience. Je parle de vice car ça en est un (de mon point de vue). Certes, le mariage est un moment émouvant, festif … mais lorsqu’il y a préméditation d’une escroquerie derrière, ce n’est pour moi que de l’hypocrisie et une fausse joie. L’argent est quelque chose d’éphémère, on l’oublie parfois. Certains gagnent des millions et se retrouvent tout de même à la rue. De même que d’autres arrivent à composer avec le peu qu’ils ont pour vivre convenablement.

Et les enfants (je parle de celles qui sont complices) qui invitent leurs amis pour le soi-disant plus beau jour de leur vie avec ces sourires de façade? Qui blâmer le plus? Répondront-elles: « c’était pour faire plaisir à ma famille. C’est très important pour eux, les coutumes et traditions… » Mais n’y a t-il pas d’autres solutions? Faut-il réellement en arriver à là? Il faut savoir que ceux qui arrivent à trouver un petit job malgré leur situation, travaillent dur et économisent chaque centime pour pouvoir se marier. Parce qu’ils connaissent leurs futurs obligations. Mais ils n’y vont pas en se disant « je sais que je vais me faire dépouiller mais j’y vais quand-même. » Ou peut-être est-ce moi qui suis naïve, n’hésitez pas à laisser en commentaires vos opinions.

Comment parvenir à régler ce problème?

On se dit tous que lorsqu’on aime une personne et ce en connaissance de sa situation personnelle, administrative et financière, on fait tout pour l’aider et on n’aide pas à le détruire. Les filles je ne vous dit pas qu’il faut vous rebeller contre vos familles, non. Mais il est possible d’exposer votre situation et expliquer que vous voulez être avec cet homme (si vous le voulez vraiment), que vous êtes prête à bâtir avec lui votre avenir et que vous allez vous soutenir mutuellement (comme un couple normal le ferait). Je sais que ce n’est pas le genre de discours qu’ils attendent (ça dépend des parents je souligne) et quoi que ça devrait l’être, mais vous prouvez déjà votre bonne foie et avec un peu de persévérance ils finiront par vous comprendre. Parce que ce que vous construirez ensemble (avec votre partenaire) sera à vous, à vous deux.

Pour celles qui ont leurs copains et qui acceptent d’aller se marier avec des hommes (souvent plus âgés) pour les ejecter le lendemain, où est la morale? C’est faire plaisir à sa famille que d’être complice de celà. D’accord, mais à quel moment vous pensez au garçon en question? Vous avez le droit de discuter, de vous offusquer voire même de refuser. J’imagine qu’ils ne vous mettent pas le couteau sous la gorge. Il y a des solutions pour tout et pour tous. Je dis ça mais je suis consciente de la complexité de la situation. « Tu ne l’as pas vécu » me dira t-on. Pas de cette manière non. Mais je constate comme beaucoup d’entre vous peut-être.

ET LES HOMMES DANS TOUT ÇA?

Il faut savoir que la combine est connue de beaucoup et que de plus en plus de personnes trompées osent se plaindre. Et avec une génération 2.0, tout se règlent sur les réseaux sociaux, c’est bien triste. Les hommes mis à la porte à peine quelques jours après leurs mariages réclament la dote versée. Mais en vain. Pourquoi ils ne portent pas plainte? Parce qu’il faut déjà prouver l’arnaque mais surtout parce qu’ils ne sont pas en situation régulière et c’est donner le bâton pour se faire battre que de se présenter à la police. De plus une fois qu’il y a une consommation du mariage, elle (la dote) ne peut être récupérée. Et c’est bien pour ces raisons que des familles continuent et qu’elles n’ont pas de crainte. Parce qu’ils auront beau le crier leur peine au monde entier, elles ne seront pas jugées pour cela. Elles pourraient éventuellement avoir honte oui, mais comme pour tout, les gens finiront bien par oublier.

« Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées (sans avoir eu de rapports sexuels avec elles), mais après fixation de leur Mahr (dote), versez leur alors la moitié du Mahr que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage (en remboursant la totalité du Mahr). » (Sourate 2 verset 237)

Alors beaucoup se retrouvent à la case départ. Retournant dormir chez leurs soeurs ou « wa djomba » (les oncles) qui les ont accueilli. C’est une vie qui s’effondre, des années de labeur. Ils s’en remettent alors à Dieu. Celui dont certains oublient de craindre.

Maintenant il faut se le dire, certains hommes sont aussi là pour profiter de la situation en faisant de même. Retournant eux aussi avec leurs copines une fois qu’ils obtiennent régularisation après le mariage. Celà concerne surtout (à ma connaissance) ceux qui sont venus en France grâce à leurs femmes descendues spécialement au pays pour accomplir les démarches nécessaires et légales afin de les faire venir. Ils les draguent, jouent les maris parfaits et les embobinent jusqu’à obtenir ce qu’ils veulent. Franchement parfois je me demande (et peut-être que vous aussi) comment on arrive encore à se faire avoir comme ça en 2020. Quand on dit que l’amour rend aveugle… D’ailleurs si vous êtes un (e) compatriote, vous avez peut-être entendu parler de l’affaire Marina, l’exemple type de ce genre de cas.

Je finis en disant qu’il serait important de redonner à l’Homme sa place d’être humain et à l’argent sa place de matériel. Ce dernier est nécessaire pour vivre certes, mais il y a d’autres manières honnêtes de l’obtenir que de profiter de la situation précaire de nos compatriotes ou d’autres d’ailleurs. Ce genre de dérive est inacceptable il faut dire ce qui est. À tous les couples qui sont encore et toujours là, heureux en ménage, félicitations. À tous ceux qui veulent se marier, discutez bien avec vos partenaires, exposez vos idées, vos problèmes et essayez de trouver les solutions ensemble. Parce que c’est ensemble que vous allez avancer, vivre le meilleur et le pire.

Si j’ai pu à travers cet article en blesser certains, je m’en excuse. Beaucoup de personnes ne choisissent pas ces situations mais les subissent. Maintenant nous sommes tous conscients de ce qui ne va pas et continuer à en faire des tabous n’est pas la solution. En parler ne changera peut-être pas grand-chose non plus, mais il est bon de savoir où on met les pieds avant de s’y engager. Puisse Dieu veiller sur vous tous.

À très bientôt.

NasYou.

14 réponses

  1. Bravo pour votre texte. Il fait découvrir un pan de la société comorienne. Les mariages d’intérêt pour le besoin d’une régularisation de sa situation en France est chose connue. Mais j’ignorais totalement la capitalisation du mariage par la belle famille quand l’homme est en situation irrégulière. Pas mal vu ! Une belle escroquerie.

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour
    Merci pour ton argumentation sur le mariage comoriens aux comores, comme en France. Moi aussi j en ai écrit un article portant le titre( enfants ou produits merchand) publié sur habarizacomores. j ai tiré l attention de la nouvelle génération qui se laisse être polluer par la transformation du principe du mariage telle que l humanité et la religion l ont conçu en produits marchands negociés comme des patates.
    Moi , je ne dit pas que je fait l exeption mais ayant compris le système dès mon arrivée en France j ai mis tout en oeuvre pour réussir sans passer par les voix habituelles des comoriens en France.
    Merci pour votre argumentation

    Aimé par 2 personnes

    • Bonsoir Youssouf Amir,
      Ça me faire réellement plaisir de vous lire et je pense qu’il faudrait plus de personnes encore pour en parler. Les gens ont peur de le dire par peur alors qu’il n’y a pas de quoi. On entend pas désacraliser le mariage qui est une étape importante pour nous tous quoi qu’on dise, mais dénoncer des faits qu’on juge inappropriés. J’ai voulu donné mon avis en écrivant cet article car je connais des gens qui n’ont pas pu se marier parce que incapables de ramener la fille en salle. C’est hallucinant. Mais Incha’Allah la jeunesse va se réveiller pour faire évoluer les choses. Laissez-moi le lien de votre article que je puisse le lire également.
      Encore merci.

      Aimé par 1 personne

  3. Contente de lire ce genre d article . Un jour le peu peuple comorien se réveillera et penser leur vie le et celle de leurs enfants autrement.
    Il y a aussi beaucoup a dire , ou a éduquer au niveau des hommes. De la façon d aborder leurs futures femmes et ou de négocier le mariage . Il y a des clans de notables qui se sont formés en France , et qui mettent en place ces arnaques parce que derrière il y de quoi se mettre bien dans les poches . Donc ‘ ce sont bien des hommes qui arnaques des hommes.. souvents les parents sont dépouillés aussi par ces machines a sous de notables ..
    Quand a le oukoumbi , cela concerne plutôt la maman ou les mamans des mariés qui sachons le cotisent bien-sûr quand elles vont donner aux mariages des autres , arrivés leurs jours , cela est un du ..
    Donc ça ne me choque pas du tout .. surtout que c est la seule chose en vrai qui appartient à la mariée . Ce butin contribue souvent a l’ installation du couple dans leur nouveau nid de vie de couple .
    Un petit retour en arrière vers cette salle .. dans la quelle avant le woukoulbi , il y a eu le maoulide . Les hommes s en mettent pleins les poches sans compter le festin préparé par la famille de la mariée .. ah ..le père de la mariée fait ce qu on appelle,, »’ huloza ye ngazidja  »’ c est juste exorbitant..
    J estime qu en France cela ne devrait pas avoir lieu. Un mariage simple  » le halal , la mairie car c est cela qui protégera le couple et enfants s il y en a, en cas de rupture , et de disparition …
    Ainsi réserver le grand mariage comme on aime le dire pour les Comores où il y aura son sence ..
    Mais encire une fois ce sont les hommes qui détient le flambeau, a eu d éteindre le deux ou continuer .
    N oublons pas la détresse des femmes …. Quand au choix du mari . vous l avez souligner dans votre article .. Mais minimisé. Souvent , c est une question d honneur aussi .., l honneur du patriarche.. mère et fille subissent le chois du père et de l oncle . Pour celles qui ont osé aller a leur encontre et faire le choix qui leur conviennent, se voit rejeter et mise en quarantaine.
    Tout ça pour dire qu il y a tant à faire et a dire pour faire évoluer notre société..
    Bonne continuation

    Aimé par 2 personnes

    • Voilà le genre de commentaire que j’espérais avoir, c’est à dire informatif et constructif. J’imagine bien la complexité de ce problème qui en effet semble avoir une organisation en béton derrière. Eh oui tout est question d’argent. Mais justement si on commence à dénoncer progressivement ces agissement peut-être pourra t-on un jour observer un changement qui serait bénéfique pour nos enfants. J’aimerai voir mon fils ou ma fille se marier par amour et dans le respect sans les faire subir une pression derrière ou les faire participer à cette machination.

      Y a trop de tabous et ça gâche clairement des vies, des couples et c’est bien cela qui m’insupporte le plus.
      En attendant que ça change, on réserve nos billets pour l’été lol, des mariages nous attendent.

      Encore merci pour la participation au débat (si on peut dire que ça en est un).

      Aimé par 1 personne

  4. Bonsoir
    Merci pour l importance que tu accordes à mon commentaire. met ( enfants ou produits marchands ) sur le lien de recherche de habarizacomores, tu trouveras mon article et ma photo. bonne soirée

    Aimé par 2 personnes

    • Re.
      C’est bon je l’ai lu tout à l’heure. La qualité de la rédaction impeccable franchement. Bravo de faire partie de ces personnes qui espèrent un changement positif de notre communauté.
      Bonne soirée à vous également.

      Aimé par 1 personne

  5. le jour que les comoriens vont arrêter de porter les lunettes à feuilles de cocotier( miwani za nkouri) et être lucides dans les choix qui engagent leur vie, tout ira mieux. la parole peut souvent être insuffisante pour permettre à chacun de s engager avec quelqu’un, il faut une certaine lucidité et être sûr de la cohérence entre le mot et la passion. Aussi bien se poser une question sur le style de la personne qui correspond à chacun, devoilez toutes les faces pour voir clairement les choses et prendre une décision en toutes connaissance du fond et de la forme du mariage et des aspirations de chaqu un. bonne soirée

    Aimé par 2 personnes

  6. Bonjour, tu touches du doigt une problématique pour la jeunesse comorienne tout cela pour des traditions qui perdurent et qu’on ne veux pas rénover, sous prétexte de faire plus que l’autre. Quand je parle de jeunesse sacrifiée, il y aussi ceux qui vendent des produits illicites dont les parents sont bien au courant pour s’en servir et financer ces mariages. Et, là je risque de m’attirer des foudres, c’est une triste réalité, je l’ai vécu dans des quartiers de Marseille.
    Oui, certains parents ferment les yeux parce que ça rapporte et ils y gagnent beaucoup en un minimum de temps.
    Je pense à mes sœurs qui sont pris en tenaille, et qui subissent les chantages de leur maman, gamdjo houfa crisi cardiaque et ka koustsou fagana; sabou hé mapessa y’a hangou hassibabou dawé… etc…. etc… Et ses papas qui ne pensent qu’à leur notoriété alors qu’ils ne savent même pas quel diplôme a obtenu sa progéniture…. Espérons que les choses changeront. Permettez moi d’en douter.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour,

    Je suis très contente de vous lire tous car j’apprends beaucoup de choses à travers vos commentaires. Beaucoup de sujets se révèlent et il est peut-être intéressant de les traiter. Le poids des notables mais aussi le financement de ces mariages. Force est de constater d’une part le chantage affectif de la mère en particulier comme le précise bien ta phrase en comorien. Et d’autre part le paraître aux yeux des autres privilégié au détriment de leur enfant. Je sais que beaucoup subissent cette situation comme je l’ai dit brièvement le sujet étant surtout porté sur le Business fait autour en profitant de la précarité des autres. On espère que les jeunes se réveillent sans forcément tomber dans une rébellion. Il faut tout de même respecter nos coutumes et traditions (même si pour ma part il y a beaucoup d’excès) mais sortir de cette perversité, de ces chantages et magouilles… Vive l’amour car le plus beaux des mariages (avec peu ou beaucoup de moyens) c’est celui qui se fait dans l’amour et la sincérité des partenaires et familles. Du moins c’est ce que je pense.
    Merci pour ton commentaire.

    Aimé par 1 personne

  8. À nous les hommes d’avoir dans notre conscience la notion de valeur ajoutée qu on doit apporter à nos femmes respectives. À nous les hommes de rassurer nos femmes respectives pour la stabilité et la continuité de leurs vies. À nous les hommes de rassembler tous les facteurs de réussite de nos femmes respectives dans la pérennité et en toute sécurité. C est à nous de veiller au bon déroulement du processus qui régis le fonctionnement du foyer dans son ensemble. Arrêtons la notion de profits sur autruit pour une quelconque raisons, car ça détruit la personnalité et la qualité d homme responsable qu’ on devait être.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.