ACCUEIL

A LIRE EN CE MOMENT

Maternité: Enfin maman!

… Il a tenu bon et il est là !

Certains l’avaient peut-être deviné et je l’ai déjà montré, mais que ça fait du bien de pouvoir enfin le dire. Je suis maman ! Ces 9 mois sont passés tellement vite. Comment les résumer en quelques lignes? Pour ceux qui nous rejoignent, n’hésitez pas à parcourir l’onglet « Maternité » pour comprendre cet enthousiasme.

L’annonce de ma grossesse

Comme je vous le disais, le résultat de la prise de sang s’est avéré positif. Et c’était la première fois qu’il l’était autant. Mon mari était donc à la maison mais je n’ai rien laissé paraître. Il allait retourner au travail et je ne voulais pas qu’il se pose mile questions. J’aurais aimé faire comme dans les films ou comme sur Instagram avec une annonce de rêve… Mais non, le rêve c’était déjà ça pour moi, savoir que nous allions peut-être enfin devenir parents.

Pour lui annoncer la bonne nouvelle, j’ai tout simplement glissé le test de grossesse sous son oreiller. Espérant que dans la nuit il le retrouve par hasard. J’ai attendu des heures pour qu’il me fasse un signe mais rien. Ô que c’était frustrant. Je vous l’avoue, j’ai perdu patience et je l’ai guidé. Quand il l’a vu, il a à peine réagit. C’était la peur sans doute. Son premier réflexe était de me dire que nous devions confirmer ça avec une prise de sang. Sans tarder je lui montre les résultats. Un sourire commence à se dessiner, puis s’en est suivi un gros câlin rempli d’espoir, une unième fois.

Une échographie très précoce

Première échographie à 5SA

Le lendemain, j’avertis aussitôt l’hôpital dans lequel je suis suivie pour expliquer la situation. On m’invite à m’y rendre pour une échographie précoce afin de déterminer s’il s’agissait bien d’une grossesse évolutive ou potentiellement d’une GEU. Et vous savez quoi? Pour la première fois tout allait bien. Je l’ai entendu dire que la grossesse était bien localisée et semblait être évolutive. Deux semaines plus tard, un autre rendez-vous l’a confirmé. L’aventure commençait enfin pour nous. J’avais tellement envie de partager ça avec vous, avec tous ceux et celles qui attendent aussi ce moment… Mais il fallait patienter et m’éviter tout stresse. Il fallait juste la vivre et profiter de chaque étape.

Mon premier signe de grossesse

Bien que j’avais réalisé ce qui se passait en moi, je ne me sentais pas enceinte. J’avais toujours cette peur de me réveiller avec des douleurs et finir aux urgences. J’avais hâte que le temps passe pour voir pousser mon ventre. Hâte de réaliser mon échographie du premier trimestre, qu’on me rassure. Jusque-là je n’avais rien dit à personne. J’allais au travail comme si de rien était mais avec beaucoup de prudence tout de même.

Un matin alors que j’étais seule, mon premier vomissement s’est manifesté. Vous me prendrez pour une folle si je vous décrivais à quelle point j’étais heureuse. Je me rappelle même avoir envoyé un message à mon mari pour ça. Je n’étais jamais arrivée à ce stade précédemment alors oui j’étais peut-être trop enthousiaste. Ce sont sans doute des choses anodines pour certains mais qui ont beaucoup d’importance pour d’autres. Les jours suivants ça s’est amplifié, à tél point que ca devenait plus compliqué de le cacher à ma famille.

Une grossesse bien menée

Malgré mes antécédent et le fait est que mon travail me faisait énormément bouger, j’ai plutôt mené une grossesse sans complications particulières. J’ai beaucoup vomi (désolée pour les détails) et perdu du poids. Ça a d’ailleurs continué jusqu’au jour de l’accouchement. Côté envies de grossesse, je n’en ai pas eu. Je sais juste que je ne supportais ni le curry ni le lait. N’hésitez pas pour celles qui l’ont vécu à nous dire quelles ont été les vôtres.

J’ai dû arrêter de travailler à 6 mois et demi de grossesse. Je ne pensais pas tenir aussi longtemps à vrai dire. En effet, la fatigue me gagnait de plus en plus et je ne voulais prendre aucun risque. D’un côté j’avais du mal à lâcher prise mais de l’autre je ne voulais pas devenir un handicap pour notre équipe. J’ai par la suite pris ce qu’on appelle un « congé pathologique » pour me reposer. Je fais une petite parenthèse pour remercier ma RH et mes collègues de travail qui ont toujours été bienveillants. Mais également les parents (clients) qui me donnaient des petits conseils à chaque fois. Il y a des parties de cette aventure qui méritent un article entier alors je vais m’arrêter là pour ne pas vous épuiser.

Je partage mon histoire pour vous dire de toujours vous battre pour ce que vous souhaitez, de garder espoir et de prier pour que votre démarche aboutisse. Parfois il suffit d’un essai pour y arriver, d’autres fois des années. Il m’a fallu 4 ans mais certains doivent patienter beaucoup plus et j’en suis consciente. Ce n’est pas tant le temps qui m’a fait mal, mais les épreuves (fausses couches et GEU), les allers et retours à l’hôpital, les examens à répétition, gérer les déceptions…

À l’instant où je termine cet article, ma main gauche caresse sa petite tête entre 2 phrases. Je crois que je n’arrive pas encore à décrire ce que je ressens tellement parfois j’ai du mal à réaliser qu’il est bien de moi. Qu’il est celui que j’attendais depuis si longtemps et qui j’espère, a ouvert la voie à ses futurs frères et sœurs. À chaque fois que je le regarde, je revis mon accouchement, j’entends ce « plouf » de sa sortie de mon ventre. Quel aventure !

Un grand merci si vous êtes arrivés à cette phrase. Maintenant que je vous l’ai enfin annoncé, je peux partager un peu le quotidien de ma vie de maman avec vous ici, et/ou sur les réseaux sociaux. Enfin, si je trouve le temps de le faire, car oui c’est une autre histoire.

Amicalement,

Nasyou!

Maternité : Mon bébé miracle?

Je me suis de nouveau dit, « ce sera pour la prochaine fois ». C’était sans savoir ce qui m’attendait. Pour faire court, alors que j’attendais tranquillement le retour de mes rrrr, tout en essayant de m’en remettre psychologiquement, l’impensable est arrivé: test positif.

Photo de Naim Benjelloun sur Pexels.com

Étudiante: mon meilleur Ramadan avec les voisines solidaires

Nous sommes à quelques jours du mois béni du Ramadan et à chaque fois qu’il approche, j’ai la même sensation, les mêmes souvenirs qui remontent. Il y a des moments qui ne se remplacent pas, qui ne s’effacent pas. Il y a des rencontres que l’on n’oublie pas, et ce malgré le temps… qui passe … Lire la suite Étudiante: mon meilleur Ramadan avec les voisines solidaires

Photo de Alena Darmel sur Pexels.com

Je t’ai aimé …

C’était un amour des plus forts La plus sincère de mes histoires On a vécu le meilleur et le pire Avant que tout s’effondre comme un empire Je ne m’explique pourquoi et comment Tout est devenu si différent Comme si du jour au lendemain Rien, rien avait existé Tu as décidé de partir J’ai fait … Lire la suite Je t’ai aimé …

Mamie, mon amie …

Tu m’as dit avoir vu tous tes amis partir, ne plus rien attendre de la vie, avoir déjà abandonné ce monde, mais il te reste tant à vivre, mamie.

Harcelée …

J’aimerais,J’aimerais être là pour te dire que nonNon, tout n’es pas perdu, rien n’est finiNon, tu n’es pas seule, bien que tu penses que si. J’aimerais être la petite voix qui raisonne dans ta têteQui te rassure et qui te dit qu’on pourra toujours faire la fêteTa joie, ton énergie, rien ne doit disparaîtreMais ma … Lire la suite Harcelée …

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Publicités

Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

Le célibat et la pression sociale
Publicités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les vôtres, les miennes, un peu de nous!

%d blogueurs aiment cette page :