Archives pour la catégorie Le quotidien

Mon parcours d’immigrante: La traversée en « Kwassa Kwassa »

Bonjour chers lecteurs, si vous tombez sur cet article par hasard et sans avoir lu le précédent, sachez que pour mieux suivre l’histoire vous pouvez le retrouver dans l’onglet Quotidien, « Mon parcours d’immigrante« . Pour les autres je vous remercie pour votre fidélité, bonne lecture.

La première tentative a donc échoué car les conditions météorologiques n’étaient pas bonnes. Nous retournons alors dans la petite maison qui abrite les autres voyageurs en transit. Il faut savoir qu’ils organisent plusieurs sessions de départ. Plus tard je comprendrais que c’est selon que les gens aient payé leur dû aux passeurs ou pas. J’imagine que c’était bon pour moi, je n’en avais aucune idée, je n’avais toujours pas de nouvelles de ma famille. Nous essayons de dormir tant bien que mal, mais les enfants ne cessent de pleurer. Allez, il faut faire un effort, il va falloir se lever très tôt.

Anjouan-Mayotte: Étape 2 du voyage

Il faut de nouveau partir, mais cette fois en pleine journée. Le point de rendez-vous a changé. Nous allons devoir marcher très longtemps. Je me souviens que dans le groupe il y avait une dame assez âgée, très fatiguée et malade. Il me semble qu’elle était un peu aveugle et ne pouvait avancer seule. Je ne sais pas combien de temps exactement nous avons marché, ni quelle distance nous avons parcouru mais c’était très long. « Ça y est, nous y sommes« , dit le passeur. Et là je vois au loin, mais vraiment au loin, cette espèce de petite barque avec un homme à bord. J’étais effrayée pour lui. Et avec mon innocence et ma naïveté, je me rappelle avoir demandé au passeur, « mais qu’est-ce qu’il fait là ? Il n’a pas peur de tomber ? » Et là il me dit cette phrase que je n’ai jamais pu oublier : « mais tu sais que c’est là que vous allez monter pour aller à Mayotte« . C’était trop pour moi. Je vous laisse imaginer ma réaction.

Nous voilà arrivés devant le fameux « Kwassa Kwassa ». Il est un peu plus grand, mais non, il n’est clairement pas assez grand pour tout ce beau monde. Il bouge dans tous les sens. Rien que le bruit des vagues me donne le tournis. Je n’arrête pas de me répéter que nous sommes trop nombreux. Du moins c’est ce que je pensais. Avec le temps j’ai réalisé que c’est surtout pour cela qu’il y a autant de pertes humaines dans ce cimetière géant. C’est à mon tour de monter. Une petite barre de bois relie le rocher au kwssa en guise de « pont ». Alors je tremble de nouveau en essayant de poser mon pied et je refuse d’aller jusqu’au bout. Mais je vous l’ai dit, il n’y pas le temps de faire dans les sentiments. « C’est soit tu montes, soit tu restes là ». Me dit-on. Comment ça je reste? Avec qui? Là vous voyez, il fallait juste suivre la cadence, alors j’ai pris mon courage à deux mains. Nous sommes au complet, le moteur démarre. À peine il part que j’ai déjà peur de mourir. Je n’arrivais pas à comprendre comment on allait tenir jusqu’au bout, entassés les uns sur les autres dans cette petite chose sans aucune protection. Un gilet de sauvetage aurait été du luxe je pense. Les heures défilent, la nuit tombe et nous sommes toujours au milieu de nul part. Je suis complètement mouillée, il fait très froid. Je peux toucher l’eau de la mer, mais je n’ose pas sortir ma main pour le faire. Je vous rappelle que j’avais 11 ans à l’époque et que je voyageais seule. À un moment il y a une dame qui a pris son châle pour recouvrir son enfant. Elle avait les jambes un peu dénudés. Et là, il y a ce vieillard qui me demande de prendre le mien pour lui donner. Oh que non, jamais de la vie. Qui va me donner le sien? Elle protège son fils, je me protège. Arrivez-vous à visualiser cette image, que feriez-vous? Il fait noir, vous êtes sur une embarcation qui peut chavirer à tout moment et par dessus tout vous ne savez pas nager. À quoi pensez-vous dans l’immédiat ?

Le moteur continue de tourner, personne ne parle. Mais parler pour dire quoi? Tout d’un coup il cesse de fonctionner, mais fort heureusement quelques minutes plus tard il redémarre. Quelle frayeur! Puis il y a cette grosse vague qui a fait crié tout le groupe. Pour nous c’était la fin. Mais Dieu merci le temps s’est calmé. Des heures plus tard on pouvait y voir des petites lumières au loin. Enfin un signe de vie! J’ai senti le soulagement dans le soupir de chacun. Il y avait un enfant à bord qui commençait à pleurer. Le passeur a pris peur. « Faites-le taire, nous allons nous faire repérer« . Le kwassa kwassa s’arrête avant d’atteindre la côte, nous devons descendre et joindre la plage à pied. J’ai perdu ma chaussure et quelques affaires mais rien d’important. Dès lors que j’ai posé mon pied à terre j’étais tellement soulagée que le reste m’importait peu. On pouvait y entendre de la musique, mais nous étions loin de faire la fête. « Allez, on se change vite, le voyage n’est pas terminé. Nous allons devoir macher toute la nuit. Il faut tout faire en silence, je ne veux entendre aucun bruit de sac« . Décidément, quel parcours !

Mayotte : Dernière étape

Pour la énième fois on se remet à marcher. Il faut arriver au point de rendez-vous avant le lever du jour. Nous allons de champ en champ, faisons des petites pauses de temps en temps. Nos pieds n’en peuvent plus. La vieille dame malade n’arrive plus à marcher. Puis il y a cet homme qui propose qu’on la laisse là-bas. J’étais choquée, j’ai tout de suite pensé à ma grand-mère. Heureusement le reste du groupe ne l’a pas écouté et nous avons tous continué jusqu’au bout.

Nous pouvons enfin voir la route, voir des voitures passer. C’était comme une renaissance pour moi. « Et maintenant, comment vais-je arriver à destination? » Je m’interroge, je suis impatiente de retrouver ma mère que je n’ai pas vu depuis trois ans. Je sais que j’ai une petite soeur et un beau-père mais je ne les connais pas encore. Une première voiture s’arrête, un premier groupe monte. J’ai peur de rester là mais je ne suis pas seule, cela me rassure. J’avais quelque chose dans l’oeil alors des larmes n’arrêtaient pas de couler. On aurait pu croire que c’était l’émotion mais non j’avais juste mal.

Encore quelques heures d’attente, et c’est enfin notre tour (une partie du groupe avait pris une autre direction). Et on roule, roule, roule jusqu’à la capitale, Mamoudzou. Nous arrivons dans ce quartier de « M’Gombani » dans lequel je ferais ma scolarité de l’école primaire à la fin du collège (dîtes-le en commentaire si vous le connaissez). Nous sommes regroupés dans cette maison, tout le monde semble si heureux d’avoir survécu. On ne réalise pas. Les gens partent petit à petit au fuir et à mesure que leurs familles viennent les chercher. Et moi? C’est le passeur lui-même qui me ramène chez moi. Peut-être que c’était le deal, je ne sais pas. En réalité nous étions juste à quelques mètres de là. On arrive à la maison mais ma mère n’est pas là. Alors il me ramene chez ma tante à quelques pas seulement. « C’est la fille de … Al’hamdoulillah, elle est arrivée. Il faut appeler sa maman. » Crient tous ceux qui sont dans la cour. On me douche, me prête la robe d’une petite fille de la maison et je monte au lit me reposer. J’ai toujours très mal à l’oeil, ça continue de couler. Ma main cachant mon visage pour éviter la lumière, je peux entre-voir ma « mamouchka » arriver (elle était au travail), paniquée et en criant : « où est-elle, où est ma fille« ? On lui fait croire que je suis chez elle entrain de dormir sur le lit superposé. Raison pour laquelle elle ne m’aurait pas vu tout de suite. Alors elle court et y retourne. La scène me fait rire à chaque fois que j’y pense. Même pas 3 minutes après elle revient. « Je ne l’ai pas vu, où est-elle ? Elle a vu la petite fille allongée, mais ne s’imaginait pas que c’était moi (surtout que je portais les vêtements d’une autre). Sa soeur décide de mettre fin à la blague. Et là, elle fond en larmes. Je vous laisse imaginer. C’est la fin de trois jours d’angoisse. Le début d’une nouvelle vie. Mais attendez, vous savez pourquoi elle ne s’est pas du tout dit que la petite fille sur le lit pouvait être moi? Je vous laisse deviner.

Des années plus tard, je n’ai jamais pu oublier ce parcours. Parce que quand tu as côtoyé la mort, tu ne l’oublie pas. Alors si vous avez vécu un voyage similaire vous comprenez très facilement sans doute. Si vous n’avez pas connu cela, tant mieux, vous êtes des chanceux. Tous les jours des centaines, voire des milliers de personnes meurent dans ces cimetières marines. Perdues au milieu de nul part elles ne connaîtront jamais cet eldorado tant rêvé, ce nouveau départ. Une précoce dans des conditions atroces. Pour tous ceux qui pensent qu’ils (les immigrants) n’ont qu’à rester chez eux, essayez cette fois de comprendre leurs motivations. Dîtes-vous que la mondialisation et ses conséquences (positives ou négatives) obligent les gens à partir (oui, on dit qu’on est mieux que chez soi). Que ce soit des Comores à Mayotte, du Maroc à l’Espagne ou de la France aux États-Unis, il y a cette recherche d’une vie meilleure. Je n’oublie pas qu’il y a tout un aspect politique qui joue, qui est peut-être même la cause de beaucoup de problèmes (je ne vais pas rentrer là dedans, je n’y connais pas grand-chose et ne suis pas légitime pour en parler). Pour tous ceux qui comprennent et qui militent pour aider ces hommes, ces femmes, et ces enfants, merci. On vous dit merci de redonner à l’Homme sa place d’être humain.

N’hésitez pas à partager vos expériences (et l’article) en commentaires. Un grand merci pour le temps accordé à cette lecture.

À très bientôt !

Nasyou.

contact.lesaventuresdenas@gmail.com

Mon parcours d’immigrante: le départ

Nous assistons tous les jours via les chaînes de télévision (celles qui veulent bien les relayer), aux nombreuses pertes humaines dans les eaux, de ces hommes, ces femmes et ces enfants qui quittent leur vie à la recherche d’une autre un peu meilleure. Je sais que beaucoup ne se sentent pas concernés tant qu’il n’y a pas un membre de leur famille à bord. Ils se disent qu’ils n’ont qu’à rester chez eux s’ils ne veulent pas mourir. C’est triste mais c’est la réalité. Maintenant si certains n’ont pas besoin d’aller bien loin pour vivre mieux, d’autres doivent parcourir des milliers de kilomètres pour y parvenir, quitte à abandonner les leurs pour mieux les retrouver plus tard.

Mon voyage, ce long voyage.

Tout d’abord je tiens à préciser que si je décide de prendre la parole aujourd’hui et sur mon blog, c’est parce que premièrement cela me fait du bien d’en parler mais aussi car je pense avoir le recule nécessaire pour aborder cette difficile expérience. Peu n’importe les critiques, sachez que je ne suis pas susceptible et je suis assez grande et mature pour les accepter ou les encaisser (selon le degré de violence ou pas).

Tout à commencé pour moi alors que je n’avais que 11 ans. Un jour comme les autres j’étais chez notre voisine, je jouais et parlais tranquillement avec ma copine. Peut-être se reconnaîtra t-elle si elle atterrit ici. Il commence à se faire tard, je décide alors de rentrer chez moi. Une fois arrivée, j’observe une ambiance assez spéciale. Il y a du monde à la maison, il n’y a pourtant aucun mariage, ni aucun décès. Ma maman (la grande soeur de ma mère biologique) me prend à part et me demande d’aller m’apprêter. Intriguée, je lui demande pourquoi tout ceci. Elle me répond que je vais effectuer un voyage, que je vais aller à Mayotte. Mayotte! Le nom me parle parce que je sais que ma mère y est mais je ne sais pas à ce moment-là, où c’est, ni même comment on y va. Pour mettre les choses dans leurs contextes à cette époque je ne connaissais rien de l’histoire de l’archipel des Comores, le fait est que Mayotte est restée française après avoir massivement voté le « Non » contre l’indépendance en 1974 etc. J’étais peut-être trop ignorante pour mon âge, je n’en sais rien…

Surprise, je m’exécute sans poser plus de questions. Vient alors mon grand-père. Pas mon grand-père de sang mais c’est mon grand-père. Vous connaissez, chez nous il n’y a pas de cousins, de tantes éloignées et autres. Tout le monde c’est la famille. Donc papi arrive et fait des « dou’a » (invocations) pour demander la protection de Dieu à mon encontre pendant ce voyage. Ensuite je dois rapidement dire au revoir à tout le monde, pas vraiment le temps de pleurer, tout va si vite, je ne réalise toujours pas. Pourtant c’est bien le moment de partir.

Une fois sur place (au port), je vois cette file d’attente qui semble interminable. Les personnes montent au fuir et à mesure qu’on les appelle. Bientôt c’est mon tour, je ne vois toujours pas mon père arriver pour me dire au revoir, je n’ai pas non plus le souvenir d’avoir vu ma petite soeur, ma moitié. C’est trop tard, c’est mon tour. Je comprends que je dois monter sur ce bateau. C’était une première pour moi. Alors je tremblais, je ne voulais pas. Mais vous savez dans ce business les gens n’ont pas le temps de faire dans les sentiments. « Tu montes ou pas? » Me dit un des agents. Pétrifiée, je pose mon pied et me retrouve à bord. Je suis seule, je ne connais personne. « Qui va veiller sur moi« ? Me dis-je à voix basse. Et là j’entends « cette femme sera ta référente, c’est elle qui va s’occuper de toi« . Ouf, me voilà un peu rassurée. Mais cela n’aura pas duré bien longtemps. Il est temps de larguer les amarres, que l’aventure commence!

Grande Comore – Anjouan: 1ère étape du voyage

Il est très tard, les passagers commencent à sentir la fatigue et à ressentir le mal de mer. C’est juste insupportable de les voir vomir (désolée pour le détail) les uns après les autres. Cette dame censée s’occuper de moi n’en peut plus, elle est affaiblie. J’ai l’impression que je ne vais plus voir le jour se lever et j’ai peur de m’endormir. Mais la fatigue me gagne à mon tour et je ne peux la résister. La nuit passe, le réveil s’impose. « On est arrivé ? C’est ici Mayotte ?  » Demande-je naïvement. « Non mademoiselle, ce n’était que le début du voyage. Nous allons descendre nous reposer et ensuite poursuivre notre chemin. Mais il va y avoir un changement de bateau. » Me répond l’agent.

D’accord, nous sommes donc en Anjouan, une autre île de l’archipel. Je comprendrais plus tard que c’est la plaque tournante par laquelle transitent les personnes voulant se rendre de l’autre côté. Je nous revois marcher le long de ce port rempli de bananes (oui ce détail m’est resté en tête je ne sais pour quelle raison). On arrive ensuite dans cette maison dans laquelle d’autres voyageurs sont déjà installés. On nous prépare à manger. Du riz, du poisson frit et du « anchar » (tomates râpées et assaisonnée). Et là les connaisseurs se disent « Miam », mais non les amis c’était vraiment très fade, rien n’était salé. Mais j’avais tellement, mais alors là tellement faim que je ne pouvais rien refuser. Il faut de l’énergie car la suite va être hyper dure. J’aurais aimé pouvoir me reposer un peu, mais impossible avec tous ces enfants en bas âge qui pleurent, qui crient dans tous les sens. J’ai l’impression que la journée est au ralenti, mais la nuit finit par tomber, enfin. Il est temps de se regrouper. Je me rends alors compte qu’il y a une connaissance dans le groupe. On est du même village, il habite à quelques minutes de chez moi. Il me reconnaît, je me sens rassurée. On enfile nos sacs à dos avec le peu de vêtements qu’on pouvait se permettre d’apporter. Le passeur donne ses consignes et nous voilà partis pour une longue marche. Il faut être discrets, ne pas parler, chuchoter à peine. Après une ou deux heures, nous voilà arrivés. J’entends le bruit de cette mer agitée. Je panique. « Mais comment vais-je faire? Je ne sais pas nager. Et si je tombe?  » Autant de questions qui me passent par la tête. Chacun prie en silence. Mais la mer est vraiment trop agitée. Il y a un risque énorme. Il faut prendre une décision. Quoi qu’il en soit je devrais les suivre, je n’aurais pas vraiment le choix. Puis le verdict tombe et il est rassurant pour moi. « Nous ne pouvons pas partir ce soir. Il y a un gros danger. Nous allons devoir reporter« . Dit le passeur. J’ai senti beaucoup de déception chez certains, sûrement impatients de poser leurs pieds sur ce qui semble être un eldorado, de retrouver les leurs. À ce moment-là je n’avais qu’une envie, retourner chez moi. Mais on a pas cessé de me faire comprendre que non, il n’y aura pas de retour en arrière. Il faut maintenant refaire le chemin inverse. Retourner dormir jusqu’au lendemain. Je n’ai aucune nouvelle, ni de Mayotte, ni de la Grande-Comore. J’ai envie de pleurer mais qui va me consoler ? Alors je reste forte.

Jusqu’à là c’était la partie la plus simple du voyage. Le plus difficile pour ne pas dire le pire, restait à venir. La fameuse traversée à bord du tristement célèbre « kwassa kwassa ». Je me souviens de la polémique qu’avait créé le président de la République en disant que le kwassa kwassa pêche « du » comorien. C’est une manière très déshumanisée de dire les choses, une blague de très mauvais goût. Certes, mais je me suis souvenue de ce soir-là, où nous étions entre la vie et la mort. Et vous savez quoi, une fois qu’on est dedans, entassés les uns sur les autres, je peux vous assurer qu’on ne se sent vraiment pas comme un être humain. Attention, je n’excuse nullement ses dires (loin de là), et non, la blague ne m’a pas fait rire. Avec le recule je me dis que quand on survit à un tél parcours on ne peut pas devenir bête dans sa vie. Du moins on ne devrait pas. Personnellement, à chaque fois que j’y pense j’ai conscience de la chance que j’ai eu de m’en être sortie. Le simple fait d’être en vie et le raconter moi-même c’est juste incroyable.

Vous connaissez peut-être des gens dans votre entourage qui ont vécu cette épreuve difficile. Peut-être que vous l’ignorez car une fois qu’on s’en sort on n’a pas forcément envie d’en parler. On a honte quelque part de ne pas être comme les autres, d’être un (e) immigrant (e). On a peur d’être rejeté (e) par la société, qu’elle nous pointe du doigt (elle ne manque pas de le faire). Peut-être également que vous n’en connaissez pas et que vous en avez vaguement entendu parler à la télévision. Parfois on ne se rend pas compte qu’il s’agit de vies humaines quand on attend l’annonce des chiffres à la télévision, à la radio, sur les différents réseaux sociaux. Sans rentrer sur un terrain politique (je vois déjà ceux qui vont dire vous l’avez choisi, vous n’aviez qu’à voter comme nous…, même les français vont ailleurs), sans vous demander de comprendre leurs motivations, dîtes-vous juste que personne ne prend le risque de mourir au milieu de nul part juste pour le plaisir. Moi par exemple je n’ai pas choisi de faire ce voyage (trop jeune et insouciante pour y penser). Mais ma famille a certainement vu pour moi une occasion d’aller me faire soigner dans de bonnes conditions car j’étais un peu malade à l’époque et de m’offrir ce que toute personne souhaite dans ce bas monde, vivre une vie convenable. Aujourd’hui ça va mieux, mais je n’oublie pas d’où je viens.

N’hésitez pas à partager vos témoignages ou expériences (du moins si vous n’avez pas peur du jugement) ou à partager cet article qui peut intéresser quelques uns (peut-être)

À bientôt pour la suite : « La traversée« 

Merci de m’avoir lu.

Nasyou.

contact.lesaventuresdenas@gmail.com

2020: Que l’aventure continue !

Nous-y voilà. Dieu merci nous sommes parmi ceux et celles qui ont eu la chance de vivre ce passage à l’année 2020. Je vous souhaite à tous et à toutes une heureuse et belle année avec une santé de fer. Qu’elle soit celle où vous aurez vos beaux mariages, vos enfants désirés, vos diplômes… Celle où vos projets professionnels et/ou personnels aboutiront et où vous atteindrez votre accomplissement. Gardez en tête qu’il faut continuer de croire en vos rêves, en vos choix, et qu’il ne faut jamais laisser quiconque vous rabaisser ou vous détourner de vos objectifs.

Pour cette nouvelle année 2020 je n’ai pas de résolutions particulières. J’espère toutefois pouvoir développer ce blog et partager encore plus d’histoires et d’expériences avec vous car je me sens investie dans cette aventure. Prochainement des nouveaux articles et la suite des Story Time.

En attendant restez positifs et profitez de votre vie! À très bientôt.

NasYou

Relations à distance

Chapitre 1: Du virtuel au réel

Qui n’a jamais rêvé vivre son conte de fées! Nous le savons si bien, souvent la vraie vie est bien éloignée de ces histoires romantiques que l’on nous vend à longueur de film. Sans baguette magique pour résoudre le moindre problème, il faut parfois s’armer de beaucoup de patience, d’espoir, mais surtout il faut faire les choses avec le coeur et y croire.

Tout à commencé sur ce réseau social encore à la mode à l’époque. Un salut, puis un autre et très rapidement les conversations s’éternisent. Si loin l’une de l’autre, la distance est pesante mais devient comme une force. Ils se racontent leurs journées, se soutiennent. Vous voyez ce moment où plus rien ne compte, où rien ne vous perturbe car vous savez que votre moitié vous attend, qu’elle sera au rendez-vous comme à chaque fois, qu’il pleuve ou qu’il neige. Une parenthèse à ce quotidien un peu routinier. J’ai personnellement connu ces instants, des heures passées à regarder l’autre dormir, à caresser son écran d’ordinateur comme pour ressentir la douceur de cette peau qu’on imagine. Bientôt ils commencent à parler de se voir, à rêver de ce grand jour de retrouvailles. Passer du virtuel au réel, c’est tellement plus beau, mais est-ce aussi simple!

Déterminés, ils sautent le pas. C’est décidé. Monsieur trouve alors un petit boulot afin de payer son billet, avec la hâte de retrouver sa tendre dulcinée. Ils sont si jeunes, si beaux. Ils ont vu le jour la même année, le même mois à une semaine d’intervalle. Plus de 10000 km les séparent, mais plus pour longtemps.

Quelques mois plus tard, moins d’une année de relation à distance certes, mais une vraie relaion amoureuse, c’est enfin le grand jour. Ils trépignent d’impatience. Ah, nous y voilà, ce moment tant attendu qui ressemblerait presque à une scène de cinéma. Ils ne sont plus qu’à quelques minutes l’une de l’autre. Chacun se préparant à la réaction de sa moitié. « Vais-je ressentir cette flamme, ce battement de coeur, ce ….. ». Vous l’avez compris, les questions s’enchaînent, mêlant à la fois la joie, l’impatience mais aussi une part d’incertitude.

Il fait un peu sombre sur la terrasse. Mais elle est là, assise sur le côté à guetter son ombre. Une attente qui n’en finit pas. Oh oui que c’est long! Tout d’un coup elle le voit ou plutôt l’aperçoit au loin. Elle tremble, soupire, puis s’élance en courant vers lui. Ils se jettent dans les bras, sentant enfin ce doux parfum de l’autre dont l’odeur donne des frissons. Ça rit, ça pleure, une joie indescriptible, un moment qu’il faut absolument vivre pour comprendre. Le temps s’arrête, comme une évidence. Aucune déception de part et d’autre, beaucoup d’espoir pour l’avenir. Voilà, une promesse déjà tenue.

C’est enfin arrivé! Maintenant il faut réapprendre à se parler, s’habituer à se voir, faire les présentations aux familles respectives, assumer les dires, les regards…, tout simplement vivre une vraie vie de couple avec ses hauts et ses bas.

Et vous les amis, connaissez-vous dans votre entourage des personnes qui ont vécu une histoire similaire ? Ou peut-être est-ce vous-même ? Comment imaginez-vous la suite? Quelle à été la vôtre ?

À très bientôt pour le prochain chapitre qui sera sûrement intitulé « Quand la famille s’en mêle« .

NasYou