Mon parcours d’immigrante: le départ

Nous assistons tous les jours via les chaînes de télévision (celles qui veulent bien les relayer), aux nombreuses pertes humaines dans les eaux, de ces hommes, ces femmes et ces enfants qui quittent leur vie à la recherche d’une autre un peu meilleure. Je sais que beaucoup ne se sentent pas concernés tant qu’il n’y a pas un membre de leur famille à bord. Ils se disent qu’ils n’ont qu’à rester chez eux s’ils ne veulent pas mourir. C’est triste mais c’est la réalité. Maintenant si certains n’ont pas besoin d’aller bien loin pour vivre mieux, d’autres doivent parcourir des milliers de kilomètres pour y parvenir, quitte à abandonner les leurs pour mieux les retrouver plus tard.

Mon voyage, ce long voyage.

Tout d’abord je tiens à préciser que si je décide de prendre la parole aujourd’hui et sur mon blog, c’est parce que premièrement cela me fait du bien d’en parler mais aussi car je pense avoir le recule nécessaire pour aborder cette difficile expérience. Peu n’importe les critiques, sachez que je ne suis pas susceptible et je suis assez grande et mature pour les accepter ou les encaisser (selon le degré de violence ou pas).

Tout à commencé pour moi alors que je n’avais que 11 ans. Un jour comme les autres j’étais chez notre voisine, je jouais et parlais tranquillement avec ma copine. Peut-être se reconnaîtra t-elle si elle atterrit ici. Il commence à se faire tard, je décide alors de rentrer chez moi. Une fois arrivée, j’observe une ambiance assez spéciale. Il y a du monde à la maison, il n’y a pourtant aucun mariage, ni aucun décès. Ma maman (la grande soeur de ma mère biologique) me prend à part et me demande d’aller m’apprêter. Intriguée, je lui demande pourquoi tout ceci. Elle me répond que je vais effectuer un voyage, que je vais aller à Mayotte. Mayotte! Le nom me parle parce que je sais que ma mère y est mais je ne sais pas à ce moment-là, où c’est, ni même comment on y va. Pour mettre les choses dans leurs contextes à cette époque je ne connaissais rien de l’histoire de l’archipel des Comores, le fait est que Mayotte est restée française après avoir massivement voté le « Non » contre l’indépendance en 1974 etc. J’étais peut-être trop ignorante pour mon âge, je n’en sais rien…

Surprise, je m’exécute sans poser plus de questions. Vient alors mon grand-père. Pas mon grand-père de sang mais c’est mon grand-père. Vous connaissez, chez nous il n’y a pas de cousins, de tantes éloignées et autres. Tout le monde c’est la famille. Donc papi arrive et fait des « dou’a » (invocations) pour demander la protection de Dieu à mon encontre pendant ce voyage. Ensuite je dois rapidement dire au revoir à tout le monde, pas vraiment le temps de pleurer, tout va si vite, je ne réalise toujours pas. Pourtant c’est bien le moment de partir.

Une fois sur place (au port), je vois cette file d’attente qui semble interminable. Les personnes montent au fuir et à mesure qu’on les appelle. Bientôt c’est mon tour, je ne vois toujours pas mon père arriver pour me dire au revoir, je n’ai pas non plus le souvenir d’avoir vu ma petite soeur, ma moitié. C’est trop tard, c’est mon tour. Je comprends que je dois monter sur ce bateau. C’était une première pour moi. Alors je tremblais, je ne voulais pas. Mais vous savez dans ce business les gens n’ont pas le temps de faire dans les sentiments. « Tu montes ou pas? » Me dit un des agents. Pétrifiée, je pose mon pied et me retrouve à bord. Je suis seule, je ne connais personne. « Qui va veiller sur moi« ? Me dis-je à voix basse. Et là j’entends « cette femme sera ta référente, c’est elle qui va s’occuper de toi« . Ouf, me voilà un peu rassurée. Mais cela n’aura pas duré bien longtemps. Il est temps de larguer les amarres, que l’aventure commence!

Grande Comore – Anjouan: 1ère étape du voyage

Il est très tard, les passagers commencent à sentir la fatigue et à ressentir le mal de mer. C’est juste insupportable de les voir vomir (désolée pour le détail) les uns après les autres. Cette dame censée s’occuper de moi n’en peut plus, elle est affaiblie. J’ai l’impression que je ne vais plus voir le jour se lever et j’ai peur de m’endormir. Mais la fatigue me gagne à mon tour et je ne peux la résister. La nuit passe, le réveil s’impose. « On est arrivé ? C’est ici Mayotte ?  » Demande-je naïvement. « Non mademoiselle, ce n’était que le début du voyage. Nous allons descendre nous reposer et ensuite poursuivre notre chemin. Mais il va y avoir un changement de bateau. » Me répond l’agent.

D’accord, nous sommes donc en Anjouan, une autre île de l’archipel. Je comprendrais plus tard que c’est la plaque tournante par laquelle transitent les personnes voulant se rendre de l’autre côté. Je nous revois marcher le long de ce port rempli de bananes (oui ce détail m’est resté en tête je ne sais pour quelle raison). On arrive ensuite dans cette maison dans laquelle d’autres voyageurs sont déjà installés. On nous prépare à manger. Du riz, du poisson frit et du « anchar » (tomates râpées et assaisonnée). Et là les connaisseurs se disent « Miam », mais non les amis c’était vraiment très fade, rien n’était salé. Mais j’avais tellement, mais alors là tellement faim que je ne pouvais rien refuser. Il faut de l’énergie car la suite va être hyper dure. J’aurais aimé pouvoir me reposer un peu, mais impossible avec tous ces enfants en bas âge qui pleurent, qui crient dans tous les sens. J’ai l’impression que la journée est au ralenti, mais la nuit finit par tomber, enfin. Il est temps de se regrouper. Je me rends alors compte qu’il y a une connaissance dans le groupe. On est du même village, il habite à quelques minutes de chez moi. Il me reconnaît, je me sens rassurée. On enfile nos sacs à dos avec le peu de vêtements qu’on pouvait se permettre d’apporter. Le passeur donne ses consignes et nous voilà partis pour une longue marche. Il faut être discrets, ne pas parler, chuchoter à peine. Après une ou deux heures, nous voilà arrivés. J’entends le bruit de cette mer agitée. Je panique. « Mais comment vais-je faire? Je ne sais pas nager. Et si je tombe?  » Autant de questions qui me passent par la tête. Chacun prie en silence. Mais la mer est vraiment trop agitée. Il y a un risque énorme. Il faut prendre une décision. Quoi qu’il en soit je devrais les suivre, je n’aurais pas vraiment le choix. Puis le verdict tombe et il est rassurant pour moi. « Nous ne pouvons pas partir ce soir. Il y a un gros danger. Nous allons devoir reporter« . Dit le passeur. J’ai senti beaucoup de déception chez certains, sûrement impatients de poser leurs pieds sur ce qui semble être un eldorado, de retrouver les leurs. À ce moment-là je n’avais qu’une envie, retourner chez moi. Mais on a pas cessé de me faire comprendre que non, il n’y aura pas de retour en arrière. Il faut maintenant refaire le chemin inverse. Retourner dormir jusqu’au lendemain. Je n’ai aucune nouvelle, ni de Mayotte, ni de la Grande-Comore. J’ai envie de pleurer mais qui va me consoler ? Alors je reste forte.

Jusqu’à là c’était la partie la plus simple du voyage. Le plus difficile pour ne pas dire le pire, restait à venir. La fameuse traversée à bord du tristement célèbre « kwassa kwassa ». Je me souviens de la polémique qu’avait créé le président de la République en disant que le kwassa kwassa pêche « du » comorien. C’est une manière très déshumanisée de dire les choses, une blague de très mauvais goût. Certes, mais je me suis souvenue de ce soir-là, où nous étions entre la vie et la mort. Et vous savez quoi, une fois qu’on est dedans, entassés les uns sur les autres, je peux vous assurer qu’on ne se sent vraiment pas comme un être humain. Attention, je n’excuse nullement ses dires (loin de là), et non, la blague ne m’a pas fait rire. Avec le recule je me dis que quand on survit à un tél parcours on ne peut pas devenir bête dans sa vie. Du moins on ne devrait pas. Personnellement, à chaque fois que j’y pense j’ai conscience de la chance que j’ai eu de m’en être sortie. Le simple fait d’être en vie et le raconter moi-même c’est juste incroyable.

Vous connaissez peut-être des gens dans votre entourage qui ont vécu cette épreuve difficile. Peut-être que vous l’ignorez car une fois qu’on s’en sort on n’a pas forcément envie d’en parler. On a honte quelque part de ne pas être comme les autres, d’être un (e) immigrant (e). On a peur d’être rejeté (e) par la société, qu’elle nous pointe du doigt (elle ne manque pas de le faire). Peut-être également que vous n’en connaissez pas et que vous en avez vaguement entendu parler à la télévision. Parfois on ne se rend pas compte qu’il s’agit de vies humaines quand on attend l’annonce des chiffres à la télévision, à la radio, sur les différents réseaux sociaux. Sans rentrer sur un terrain politique (je vois déjà ceux qui vont dire vous l’avez choisi, vous n’aviez qu’à voter comme nous…, même les français vont ailleurs), sans vous demander de comprendre leurs motivations, dîtes-vous juste que personne ne prend le risque de mourir au milieu de nul part juste pour le plaisir. Moi par exemple je n’ai pas choisi de faire ce voyage (trop jeune et insouciante pour y penser). Mais ma famille a certainement vu pour moi une occasion d’aller me faire soigner dans de bonnes conditions car j’étais un peu malade à l’époque et de m’offrir ce que toute personne souhaite dans ce bas monde, vivre une vie convenable. Aujourd’hui ça va mieux, mais je n’oublie pas d’où je viens.

N’hésitez pas à partager vos témoignages ou expériences (du moins si vous n’avez pas peur du jugement) ou à partager cet article qui peut intéresser quelques uns (peut-être)

À bientôt pour la suite : « La traversée« 

Merci de m’avoir lu.

Nasyou.

contact.lesaventuresdenas@gmail.com

La dépression: une maladie incomprise

Avez-vous déjà connu cette phase durant votre vie, pendant laquelle vous vous sentez seul (e), incompris (e)? Cette phase pendant laquelle vous n’avez plus envie de rien, ni de sortir, encore moins de voir les gens, un peu comme si vous étiez l’ombre de vous-même? Vous avez une perte d’intérêt pour des choses qui vous faisaient pourtant sourire, autrement dit du bien? Si tel est le cas alors vous avez probablement connu ou connaissez une période de dépression. Elle peut être courte dans le meilleur des cas comme elle peut durer longtemps et gâcher votre vie. Sachez juste que vous n’êtes pas seul (e) et que vous pouvez vous en sortir.

La dépression est bien une maladie que beaucoup ignorent ou ne comprennent pas. Et sans trop chercher à vous comprendre on préfère vous pointez du doigt, en vous désignant comme seul (e) responsable de votre état, comme si vous l’aviez choisi. Il est en effet très facile de juger sans savoir, cela va beaucoup plus vite. Parler sur vous et de vous plutôt que de vous écouter et potentiellement vous aider.

N’importe qui d’entre nous peut être touché (e) et nombreuses sont les causes qui mènent à cet engrenage. Une personne qui paraît très bien dans sa vie sans soucis particuliers peut s’y retrouver du jour au lendemain, de la même manière qu’une autre qui surmonte des situations plus délicates peut tenir le coup. Les raisons peuvent être d’ordre privée ou professionnelle mais quoi qu’il en soit il est très important de se faire aider pour sortir de ce circuit infernal.

Travail et dépression :

Je prends pour exemple cette situation qui est peut-être vécue par certains (es) d’entre vous. On le sait, le lieu de travail est un endroit où ils se passent bien des choses, des bonnes comme des mauvaises. Un stress du quotidien qui peut s’avérer difficile à supporter. Il y a parfois cette pression des objectifs à atteindre, poussés à toujours plus de productivité. C’est un milieu où beaucoup se jalousent, se concurrencent et où les plus faibles se font dévorer. Il y a des gens qui subissent des harcèlements physiques et moraux, qui se taisent dans la crainte de perdre leur travail, qui souffrent en silence avec la peur au ventre. J’ai moi-même connu plusieurs phases de dépression mais je vais rester sur le côté professionnel. Il y a quelques mois, un nouveau directeur est arrivé parmi nous. Ce n’est déjà pas facile de s’adapter à chaque fois qu’un nouveau collègue arrive et c’est d’autant plus difficile quand cela concerne un supérieur hiérarchique. Vous avez peut-être connu celà, des changements, une nouvelle manière de travailler, d’autres exigences et attentes … Ce poste je l’ai assuré en intérim pendant des mois. Il devait venir renforcer l’équipe en se concentrant sur la partie où j’étais la moins compétente (commercial) car pas de formation en amont. J’étais contente en pensant pouvoir travailler en binôme. Pour faire court il arrive, il s’installe aisément, prend toutes les tâches que j’effectuais, décide de tout sans concertation, aucun esprit d’équipe. Le petit bonus, il insalle son chien au bureau (donc impossible pour moi d’y accéder car depuis un incident j’en ai très peur et il le sait). Il se cherche déjà des alliés, ce qu’il dit à l’un diffère de ce qu’il raconte à l’autre. Nous nous en rendons compte assez rapidement et commençons à nous méfier de lui. Nous comprenons ensuite qu’il nous dénigre, nous traite d’incompétents derrière notre dos mais affiche un grand sourire quand il nous parle. Déjà des petites choses qui commencent à nous démoraliser. Des faits et gestes qui ne donnent pas envie de se lever le matin malgré l’implication et l’amour du métier. Donc pendant des mois je devais tout gérer et du jour au lendemain je me retrouve sans poste fixe. Quoi de plus normal. Alors je lui en est parlé et pas qu’une fois, j’ai tout remonté à la RH jusqu’à ce que je reprenne petit à petit mon travail. J’ai perdu le peu de confiance que je lui accordait, il doit en être conscient. Et il a donné raison à ma méfiance quand il a embauché son amie qu’il a sans gêne installé sur mon bureau et lui a donné une partie de mon travail sans aucune discussion en amont, sans même faire de présentation… Au début c’était apparemment juste une copine qui l’aidait à faire le ménage, à mettre de l’ordre dans ses paperasses (du moins c’est ce qu’ils ont fait comprendre)… Et quelques jours après sans vraiment nous connaître, elle ose venir nous faire la morale, en nous disant que nous ne nous rendons pas compte de la chance que nous avons d’avoir un travail bien payé. Que nous sommes là à nous plaindre pour un oui ou pour un non. Oui c’est insupportable, mais c’est surtout culotté n’est-ce pas? Je pense qu’avoir le directeur de son côté donne des ailes, mais pour nous elle avait zéro crédibilité. C’est le genre de personne qui se croit meilleure que les autres, qui a besoin de vous sortir son CV. Elle nous parlait d’une manière tellement hautaine sous prétexte qu’elle est plus âgée et attendait de nous du respect. C’est limite si elle ne nous faisait pas comprendre que gagner de l’argent est un privilège. Mais non madame, être payé (e) pour avoir travaillé n’a rien d’extraordinaire. Et outre l’aspect pécuniaire, les conditions de travail contribuent à l’épanouissement des salariés et donc à leur productivité. Heureusement pour nous elle est partie aussi vite qu’elle est arrivée pour une raison que nous connaissons mais qui diffère complètement de celle qu’il (le directeur) nous a donné.

Vous voyez un peu ce genre de cas où du jour au lendemain votre quotidien professionnel bascule. Vous rentrez à la maison avec rien de positif, tous les jours des coups déprimants au point de vous sentir minable face à l’autre. Je peux le dire, mon salaire a évolué. Bonne nouvelle. Je devrais être tellement contente, mais non, c’était ma pire période (ça va un peu mieux depuis) sur ces trois années de travail acharné au sein de cette boîte.

Mais vous savez quoi, se laisser marcher sur les pieds parce qu’on a peur, ce n’est pas une solution. Parfois il suffit juste de parler, de dénoncer, quitte à passer pour un traître ou autre. C’est votre santé mentale qui risque d’être impactée si vous acceptez de vivre dans des conditions qui sont mauvaises. Pour ma part je n’ai pas déprimé au point de me couper du monde, mais je l’ai mal vécu et cela se ressent encore aujourd’hui. Beaucoup de personnes vivent plus grave. Se sentant rabaissées à chaque fois, elles perdent l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes, pensent que c’est normal et n’agissent pas. Elles se retrouvent à sombrer dans un burn out, parfois commettent l’impensable et l’irréparable car fatiguées d’encaisser.

Et la famille?

Le travail procure du stress oui, mais vous avez également souvent cet entourage qui ne comprend pas votre mal être. Ce même entourage qui parfois est la cause de votre problème, qui vous pousse à bout. Mais pourquoi tu n’es toujours pas marié (e)? Pourquoi tu n’as toujours pas d’enfants ? Mais tu attends quoi? Tu vas finir seul (e). Regardes comment tes camarades ont réussi leurs vies. Tu es un (e) bon (ne) à rien. Mais est-ce qu’ils se rendent compte de l’effet qu’ont ces remarques et ces jugements sur vous? On dit parfois que les paroles font plus mal que les coups. C’est bien vrai. Une blessure physique peut te laisser une cicatrice sans la douleur alors qu’une maltraitance verbale peut te poursuivre et conditionner ta vie future. C’est psychologiquement insupportable de se sentir tant attendu (e) au tournant. Il y a cette pression qui pèse sur vos épaules et dont vous ne savez comment vous en débarrasser. Alors vous vous retirez petit à petit de la société, vous vous enfermez. Non il ne devrait pas être ainsi.

Selon le pays dans le quel vous êtes né (e) ou dans lequel vous vivez, les mentalités diffèrent et des choses qui sont graves chez l’un paraissent anodines chez l’autre. Comment oser parler dans une société où le jugement plutôt que l’entre-aide est une performance qui mériterait une médaille d’or. Je vais prendre l’exemple des Comores, mon pays natal, alors je vois déjà ces gens non ouverts d’esprit qui vont s’offusquer sans chercher à comprendre ou parce qu’on va évoquer une vérité qui dérange. Mais passons au dessus de celà. Comme dans beaucoup d’autres pays africains et d’autres d’ailleurs, le mariage est un sujet qui fait énormément parler, à tort ou à raison. Avant le côté festif de la chose les futurs mariés subissent souvent beaucoup de pression, de quoi rendre fou/folle. La famille qui veut vous imposer une personne que vous n’aimez pas voire même que vous n’avez jamais vu. Qui refuse votre union avec celui ou celle qui fait vibrer votre coeur (« roho » dans notre langue) car pas assez bien à leur goût, pas du bon caste. Qui a une idée de la vie que vous devez de mener selon leurs critères alors que ce n’est pas avec elle que vous allez la partager. Le plus choquant parfois c’est l’hypocrisie qu’elles (les familles) ont à faire croire que c’est le bonheur de leurs enfants qui compte avant tout alors qu’il s’agit souvent juste d’une question de fierté. Ceux et celles qui connaissent comprennent peut-être. Elles voient les autres faire alors elles veulent faire plus, faire mieux qu’eux au détriment de la volonté des enfants. Mais à quel moment les sentiments des concernés vont être pris en considération? Oui, il y a de quoi se retrouver en dépression quand votre parole ne compte pas, quand on décide tout à votre place, quand vous les voyez tracer votre avenir sans que vous puissiez intervenir. Quand vous devez vous réveiller tous les jours aux côté de cet autre qui n’est guère votre moitié. Quand vous devez faire semblant d’être heureux (se) dans votre ménage pour leur faire plaisir. Des sujets tabous qui font souffrir bien des gens en silence, il y en a des milliers. Mais chut, il ne faut pas trop en parler, continuons à vivre dans le déni, aux temps de nos aïeux. Attention, il n’est aucunement question de mettre tout le monde dans le même panier. Heureusement, certains esprits s’ouvrent progressivement. Ils arrivent à le reconnaître, à suivre l’évolution des choses.

Pour conclure, la dépression est bien plus qu’un simple mot c’est une réalité. La perte d’un être cher peut mener à se retrouver dans cette situation, la pression familiale aussi, les problèmes liés au travail également, un traumatisme vécu dans l’enfance…etc. Quelque soit la raison, il faut surtout en parler. Il est important d’avoir une personne avec laquelle vous puissiez vider votre sac. Cette personne qui contrairement aux autres vous comprendra, vous écoutera, vous motivera et va vous tirer vers le haut. Il faut en parler pour se sortir de cette mauvaise passe, arriver à reprendre sa vie en mains. Il n’est pas juste que ceux et celles qui parfois sont à l’origine de votre état dépressif vivent leur meilleure vie pendant que vous sombrez chaque jour un peu plus et pensez à mettre un terme à la vôtre. Il faut positiver, ne pas être fataliste. Se dire que le pire est derrière vous et que le meilleur reste avenir. Vous avez le droit d’être triste, de vous sentir vulnérable, chacun sa fragilité, celà arrive à tout le monde. Mais vous avez d’autant plus le droit de vous battre, d’être heureux (se) sans faire semblant.

Ce sujet est aujourd’hui abordé à la demande d’une amie qui a traversé cette mauvaise passe. J’ai connu cela et peut-être que vous aussi. Dieu merci elle a eu l’aide qu’il lui fallait pour retrouver sa joie de vivre, moi aussi. Alors chers lecteurs et lectrices, si vous vous retrouvez actuellement (ou à l’avenir) dans cette situation et ce peut n’importe la raison, dîtes-vous que vous pouvez vous en sortir. Celà prendra le temps qu’il faudra mais avec votre motivation et votre persévérance, vous allez y arriver. S’il faut demander plus que l’aide d’un (e) ami (e), c’est-à-dire consulter un spécialiste de la santé, se faire soigner, il ne faut pas hésiter. N’ayez aucune crainte ni aucune honte car vous êtes nullement coupable. Dîtes-vous que la vie vaut vraiment la peine d’être vécue, et que nous n’en avons qu’une…

Soyez fort et portez-vous bien. N’hésitez pas à partager vos expériences (ou cet article) qui pourront en aider d’autres.

À très bientôt.

NasYou

2020: Que l’aventure continue !

Nous-y voilà. Dieu merci nous sommes parmi ceux et celles qui ont eu la chance de vivre ce passage à l’année 2020. Je vous souhaite à tous et à toutes une heureuse et belle année avec une santé de fer. Qu’elle soit celle où vous aurez vos beaux mariages, vos enfants désirés, vos diplômes… Celle où vos projets professionnels et/ou personnels aboutiront et où vous atteindrez votre accomplissement. Gardez en tête qu’il faut continuer de croire en vos rêves, en vos choix, et qu’il ne faut jamais laisser quiconque vous rabaisser ou vous détourner de vos objectifs.

Pour cette nouvelle année 2020 je n’ai pas de résolutions particulières. J’espère toutefois pouvoir développer ce blog et partager encore plus d’histoires et d’expériences avec vous car je me sens investie dans cette aventure. Prochainement des nouveaux articles et la suite des Story Time.

En attendant restez positifs et profitez de votre vie! À très bientôt.

NasYou

Le poids de l’échec

En général quand une femme se met en quête de maternité, elle n’imagine pas les obstacles qui l’attendent. En effet, on s’imagine souvent que le fait de donner la vie étant un acte naturel, il est tout à fait logique d’y parvenir sans encombres. Celà dit, pour une raison ou pour une autre toutes les femmes ne sont pas destinées à devenir mères, ou du moins à avoir la chance de mettre au monde elles-mêmes leurs propres enfants. Je le sais, c’est très difficile de l’accepter.

Parfois on se fait un plan, un schéma à suivre étape par étape dans sa vie d’adulte pour parvenir à un accomplissement. Dans l’ordre des choses, l’idéal apparaît souvent comme suite: être stable financièrement, se marier, profiter de sa vie de couple et ensuite concrétiser tout celà en ayant des enfants pour entamer ce nouveau chapitre qu’est la vie de famille.

Nous y voilà, c’est le bon moment pour concevoir. On imagine déjà la décoration de sa chambre, son lit, la poussette sur laquelle on se voit le promener. Les difficultés liées à la grossesse et les insomnies qui y suivront ne sont pour l’heure pas notre priorité. On verra bien!

Mais voilà, malheureusement le temps passe mais rien à l’horizon, toujours aucun signe. Un petit coup au moral, puis on se dit que cela viendra. Entre temps, la pression commence à fuser, et l’entourage à s’interroger, à s’impatienter.

On se retrouve à fuir la vie sociale car on commence à être secrètement jalouse de ses copines qui annoncent à tour de rôle leurs grossesses ou l’arrivée précieux de leurs bébés et ce malgré le fait de savoir que c’est Dieu qui donne et que cela viendra pour toi seulement si cela doit arriver. On commence à éviter les appels des proches parce qu’on est fatiguée d’entendre la même chose à chaque conversion, « Mais alors c’est pour quand? Toujours pas? ». On s’isole car on se sent incomprise. On arrive à un point où on se met à douter de soi-même, de sa capacité à réussir à donner satisfaction à son désir. Ce désir qui finit par devenir une obsession. On est d’accord, cela ne doit pas être ainsi.

Parallèlement à la vie quotidienne privée et professionnelle, on se découvre un autre monde à l’heure où les autres dorment et rêvent peut-être: les forums. Notre petit jardin secret. Ces lieux dans lesqueles on peut en tout anonymat s’exprimer, poser des questions sans se sentir jugée, trouver des personnes vivant la même situation que la nôtre. Ces lieux dans lesquels on a pas peur de tomber sur ces personnes qu’on aime pourtant, mais qu’on cherche à éviter malgré tout. On découvre alors une nouvelle « famille ». On y parle des raisons qui peuvent expliquer ces difficultés, des solutions, des examens à effectuer, des astuces. On se soutient, on se conseille, tout ce dont on a besoin pour être rassurée.

Si je devais donner mon avis, je dirais qu’il faut faire attention à la manière de mener son combat. C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire mais c’est très important. Il ne faut pas finir par être l’ombre de soi-même. Finir en dépression et sombrer dans un burn-out infernal. Il ne faut pas oublier que notre conjoint vit les choses aussi mal que soi-même. La vie de couple ne doit pas être écartée au risque qu’elle ne finisse par éclater. C’est une aventure qui doit se vivre à deux et non l’un contre l’autre. Finir par arriver à son but en ayant tout détruit en amont ne présage rien de bon pour l’avenir.

Alors chères futures mamans, si vous êtes dans cette situation dîtes-vous que vous n’êtes pas les seules et que vous n’êtes pas seules. Que beaucoup de personnes sont là pour vous écouter et vous conseiller. Qu’il ne faut pas être fatalistes car le combat de la maternité réserve souvent des belles surprises. Dîtes-vous qu’être mère ce n’est pas seulement donner la vie, c’est vivre pour son enfant, l’aimer, l’éduquer, faire de lui une meilleure personne. Alors qu’il sorte de votre ventre ou de celui d’une autre, qu’il vienne naturellement ou avec l’aide de la science, le plus important c’est la vie que vous allez lui offrir. Le désir de maternité ne doit pas devenir une envie égoïste à des fins de parvenir à un accomplissement personnel.

Je souhaite bien du courage à toutes ces femmes qui n’abandonnent pas, mais qui n’oublient pas de vivre pour autant. Un enfant doit se faire dans la joie, et il faut être heureuse pour lui transmettre cela.

N’hésitez pas à partager vos expériences et témoignages en commentaires.

À bientôt!

NasYou.

Relations à distance

Chapitre 1: Du virtuel au réel

Qui n’a jamais rêvé vivre son conte de fées! Nous le savons si bien, souvent la vraie vie est bien éloignée de ces histoires romantiques que l’on nous vend à longueur de film. Sans baguette magique pour résoudre le moindre problème, il faut parfois s’armer de beaucoup de patience, d’espoir, mais surtout il faut faire les choses avec le coeur et y croire.

Tout à commencé sur ce réseau social encore à la mode à l’époque. Un salut, puis un autre et très rapidement les conversations s’éternisent. Si loin l’une de l’autre, la distance est pesante mais devient comme une force. Ils se racontent leurs journées, se soutiennent. Vous voyez ce moment où plus rien ne compte, où rien ne vous perturbe car vous savez que votre moitié vous attend, qu’elle sera au rendez-vous comme à chaque fois, qu’il pleuve ou qu’il neige. Une parenthèse à ce quotidien un peu routinier. J’ai personnellement connu ces instants, des heures passées à regarder l’autre dormir, à caresser son écran d’ordinateur comme pour ressentir la douceur de cette peau qu’on imagine. Bientôt ils commencent à parler de se voir, à rêver de ce grand jour de retrouvailles. Passer du virtuel au réel, c’est tellement plus beau, mais est-ce aussi simple!

Déterminés, ils sautent le pas. C’est décidé. Monsieur trouve alors un petit boulot afin de payer son billet, avec la hâte de retrouver sa tendre dulcinée. Ils sont si jeunes, si beaux. Ils ont vu le jour la même année, le même mois à une semaine d’intervalle. Plus de 10000 km les séparent, mais plus pour longtemps.

Quelques mois plus tard, moins d’une année de relation à distance certes, mais une vraie relaion amoureuse, c’est enfin le grand jour. Ils trépignent d’impatience. Ah, nous y voilà, ce moment tant attendu qui ressemblerait presque à une scène de cinéma. Ils ne sont plus qu’à quelques minutes l’une de l’autre. Chacun se préparant à la réaction de sa moitié. « Vais-je ressentir cette flamme, ce battement de coeur, ce ….. ». Vous l’avez compris, les questions s’enchaînent, mêlant à la fois la joie, l’impatience mais aussi une part d’incertitude.

Il fait un peu sombre sur la terrasse. Mais elle est là, assise sur le côté à guetter son ombre. Une attente qui n’en finit pas. Oh oui que c’est long! Tout d’un coup elle le voit ou plutôt l’aperçoit au loin. Elle tremble, soupire, puis s’élance en courant vers lui. Ils se jettent dans les bras, sentant enfin ce doux parfum de l’autre dont l’odeur donne des frissons. Ça rit, ça pleure, une joie indescriptible, un moment qu’il faut absolument vivre pour comprendre. Le temps s’arrête, comme une évidence. Aucune déception de part et d’autre, beaucoup d’espoir pour l’avenir. Voilà, une promesse déjà tenue.

C’est enfin arrivé! Maintenant il faut réapprendre à se parler, s’habituer à se voir, faire les présentations aux familles respectives, assumer les dires, les regards…, tout simplement vivre une vraie vie de couple avec ses hauts et ses bas.

Et vous les amis, connaissez-vous dans votre entourage des personnes qui ont vécu une histoire similaire ? Ou peut-être est-ce vous-même ? Comment imaginez-vous la suite? Quelle à été la vôtre ?

À très bientôt pour le prochain chapitre qui sera sûrement intitulé « Quand la famille s’en mêle« .

NasYou

Désir de maternité

Version audio de l’article par Nanas & You

Du désir au combat

Qui n’a jamais rêvé devenir mère? Sûrement une femme qui ne ressent pas spécialement ce désir de maternité, qui ne souhaite tout simplement pas avoir d’enfant. Nos choix ne sont pas universels. Il n’est pas question de jugement.

Moi, comme vous peut-être, je l’imagine déjà dans mes bras, lui offrant tout mon amour, lui consacrant tout mon temps. Je m’entends déjà lui dire et lui répéter tendrement qu’il est ma raison de vivre alors que cela ne fait que quelques instants qu’il est là. Je l’imagine tous les jours, mon bébé.

Je n’ignore sûrement pas toutes ces nuits pendant lesquelles il pleurera sans raison, pendant lesquelles je n’aurai parfois pas la force de me lever, fatiguée à cause du manque de sommeil, des inquiétudes…, loin de là. Mais je sais qu’un simple sourire illuminant son doux visage me rappellera pourquoi je l’ai tant désiré.

Je le sais. C’est tellement plus facile de rêver, car oui, quelques fois le chemin qui mène vers l’aboutissement est long, voire très long. Et quand la dure réalité nous rattrape, le moral prend un coup. En effet, les enfants ne viennent pas forcement quand on le veut, ni même quand on le décide. Souvent ils aiment prendre leur temps, parfois ils n’arrivent tout simplement pas.

Cela fait déjà plus d’un an et demi qu’il est désiré. Peut-être 3 pour vous ou 5 pour d’autres. On passe par toutes les émotions. Vous voyez ce moment où vous êtes quasi certaine qu’il est enfin là, quand vous pensez ressentir tous les symptômes! On interprète alors le moindre changement, on est attentive au moindre détail. Les sites internet et les forums spécialisés deviennent nos meilleurs alliés, espérant y trouver des réponses et des témoignages qui nous rassurent. On y croit jusqu’à cet instant où l’on réalise pour la énième fois que « non, ce n’est toujours pas pour cette fois ». On se sent alors de nouveau privée de cette belle aventure qu’est de voir et sentir cet être qui grandit en nous.

Les plus courageuses relativisent en se disant que ce n’est peut-être juste pas le bon moment. Elles ont raison de continuer d’y croire car il faut malgré les déceptions rester optimiste. Et c’est reparti pour un nouveau cycle, le même combat avec l’espoir d’une meilleure fin. Quelle fin? Le plus beau des cadeaux pour une femme désireuse de donner la vie. Voir ce petit « + » , cette deuxième barre, ou ce petit smiley apparaître sur ce test dont on ose à peine regarder l’évolution par crainte d’une nouvelle déception, ce signe qui lance le début de l’aventure. Vous l’avez vécu, n’est-ce pas? Ou peut-être avez-vous vu des femmes de votre entourage le vivre. C’est tellement frustrant. Mais vous savez, il y a celles qui n’ont besoin que d’un seul essai pour y arriver et celles qui doivent patienter jusqu’à 10 ans voir plus pour vivre ce moment qui semble si magique. Le corps de chaque femme est différent, alors non, on ne désespère pas. Heureusement et on le sait, la médecine ne cesse d’évoluer et les différentes possibilités de conception donnent à chacune de nous une chance de vivre la maternité. Et ce même si on préfère secrètement que cela arrive naturellement.

Pour finir les filles, je voudrais vous dire que peut n’importe l’étape à laquelle vous êtes en lisant ceci, en essai, enceinte ou sur le point d’accoucher, souvenez-vous que vous vous apprêtez à mettre au monde un être cher qui est le fruit d’une volonté acharnée et qu’il mérite par conséquent votre attention mais plus que tout autre chose, il mérite tout votre amour. Vous êtes des femmes fortes, des battantes. Un grand Merci à toutes ces mamans qui n’ont jamais baissé les bras, ces Super-héroïnes du monde.

N’hésitez pas à partager vos expériences et vos conseils en commentaire.

A très bientôt.

Nasyou.

Présentation personnelle

Qui suis-je?

Née quelque part dans l’océan Indien, plus précisément dans l’archipel des Comores, c’est actuellement en France que je mène ma petite vie ordinaire. Comme beaucoup d’entre vous j’effectue mes 35 heures hebdomadaires afin de pouvoir vivre ou survivre selon les aléas. Quand j’étais plus jeune j’aimais beaucoup écrire, et cela m’a aidé à surmonter bien des situations. Une fois que nous aurons fait un peu plus connaissance, peut-être serait-il utile d’en dire plus.

Les années passent et la vie suit son cours, me voilà à présent adulte et mariée. La petite fille a laissé sa place à une jeune femme en quête d’une vie de famille agréable et paisible. Dieu merci j’en suis très heureuse. Mais voyez-vous depuis quelques temps je ressens de nouveau cette envie d’écrire que j’avais à l’époque, sinon plus, ce besoin de m’exprimer. Non, plus sur mon vieux agenda du collège avec mon stylo plume à court d’encre, mais ici, sur ce blog car peut-être découvrirai-je des gens qui me ressemblent.

Je vous souhaite donc à toutes et à tous, les bienvenus sur Les Aventures de Nas’ et espère partager avec vous, bien des histoires, un peu de votre temps, des moments de peine et de joie. Des astuces, des conseils, un peu de tout, voire un rien du tout ….

Je peux publier vos histoires et expériences en anonyme si vous le souhaitez.

contact.lesaventuresdenas@gmail.com

Je vous remercie !

Les vôtres, les miennes, un peu de nous!