Archives du mot-clé Espoir

« Si ». Si je pouvais…

Nous le savons tous, avec des « Si » on refairait le monde, avec des « Si » on changerait des vies, on en sauverait des milliers. Et si les « Si » avaient un pouvoir, cette pandémie mondiale serait restée locale. Parce que peut-être que s’ils avaient pris au sérieux les ALERTES de leurs médecins… Vous imaginez bien!

Mais si c’était votre dernier jour, quel bilan feriez-vous de votre vie? Il y a des choses qu’on regrette et qu’on aimerait n’avoir jamais vécu. Mais si c’était à refaire les feriez-vous autrement? Oui je le sais, avec des « Si » je ne serais peut-être pas là à vous saouler (vous pouvez le dire sans crainte) avec tous ces « Si. »

Si je devais me livrer à vous et vous dire la vie que j’aurais choisi de mener, ce que j’aurais voulu en faire, je vous répondrais que je n’aurais pas pu changer grand-chose car c’est peut-être celle qui m’était destinée. Mais bon essayons. Peut-être que je pourrais l’améliorer. Vous aussi, vous visualisez la vôtre? Bon allez….

Si j’avais le pouvoir d’une petite fée je ne me transformerais pas en princesse. Non, parce qu’aux yeux de mon binôme j’en suis une et ce avec ou sans une robe à paillettes. J’aurais aimé que cet enfant qui a fait notre bonheur pendant quelques jours soit ton premier (si tu me lis). Mais je sais qu’il est venu étudier le terrain pour sa fratrie future. Alors je ne m’inquiète pas mon amour, parce que le plus important pour moi, c’est que toi tu sois là.

Si je pouvais retourner dans son ventre j’aurais attendu 3 ou 4 ans de plus. Histoire qu’elle puisse profiter de sa jeunesse, une étape qu’elle n’a pas vraiment vécu. Elle aurait plus de choses à me raconter, des conseils et des astuces. Elle en a, mais pas tellement car devait me changer les couches en même temps. Mais je sais que tu ne regrettes pas de m’avoir eu si tôt, parce que tu peux compter sur moi et que je te rendrai fière plus d’une fois.

Si j’en avais l’occasion, je retournerais à l’âge de mes 8 ou 9 ans. Pour rester avec elle, et jouer mon rôle de grande soeur. Celle dont malheureusement, la vie m’a souvent séparé. Mais tu le sais si tu passes par là, ô combien je tiens à toi. Je ne t’ai pas abandonné quand j’ai fais cette traversée. J’ai vu ma vie défiler avec la crainte de te laisser. Mais après avoir survécu j’ai rêvé que tu sois à ma place c’est vrai. Puis la suite n’était pas si rose et finalement tu étais mieux à la tienne. Bientôt il fera de toi sa reine, tu le mérites et j’ai hâte. Et je me sens déjà rassurée de te savoir à ses côtés.

Si je pouvais me déporter je retournerais dans ses bras. Auprès de celle qui m’a tant bercé et dont je n’aurais jamais voulu quitter. À l’instant où je rêve avec tous ces « Si« , elle me caresserait les cheveux, en me racontant qu’il était une fois, une fille appelée Gna dombwé … Je m’en veux d’être ici et toi là bas. Mais je sais qu’ici tu t’ennuierais à mourir et que tu finirais là bas. Alors je préfère te savoir sur ta terre que tu aimes tant, la même sur laquelle joueront tes arrières petits-enfants.

J’aurais aimé avoir le temps de te connaitre bien avant. Que mon premier et dernier souvenir de toi ne soit pas cette triste image. Tu me parlais sans pouvoir mettre un visage sur moi. Mais de là haut tu me vois bien et j’espère que tu veille sur moi.

Si j’avais pu, je serais restée avec vous. Vous le savez, vous étiez comme mes enfants. On partage le même sang, je vous ai ouvert la voie. J’aurais aimé pouvoir continuer à vous protéger des autres et du danger. Être la seule à pouvoir vous crier dessus pour vos bêtises à ne pas répéter. Nous étions cette famille recomposée jamais décomposée. Parce que ces abandons masculins et répétitifs n’ont toujours fait que nous renforcer. J’aurais aimer vous apprendre tellement de choses, mais heureusement il n’est pas trop tard pour ça, alors je vous le promets, c’est pour très bientôt croyez-moi.

Si mes actes n’ont pas suffi à te montrer que je t’aime, sache-le. J’ai tout fais pour te protéger. Tu es différente des autres, tu as été unique. Et je sais qu’il t’a laissé un manque que je ne saurais combler. Mais je continuerai de veiller sur toi jusqu’à ce que tu puisses t’envoler.

Si c’était possible, j’aurais aimé mieux les connaître. Avoir le temps de vivre avec eux pour créer assez de liens. Nous y allons pas à pas et nous y arriverons. C’est la distance qui a fait ça mais on la surpassera. Ne m’en voulez pas si je n’ai pas pu être partout à la fois, mais je vous aime et n’en doutez pas.

J’aurais aimé passer plus de temps à ses côtés. Avoir d’autres souvenirs de nous que ceux qu’on m’a toujours conté. Que tu t’inquiètes un peu plus pour moi quand je me suis éloignée. Oui je suis ta première et pas la dernière je le sais. Mais j’ai manqué de ton amour, de tes conseils, de tes rires. Même si à tes yeux j’étais déjà grande et mature.

Si je devais revivre mon enfance j’aurais profiter de chaque instant. De mon insouciance et de mon innocence, car la vie de grande n’est pas si cool qu’on le croit. Il y a des ces tracas de la vie dont on aimerait qu’ils n’existent pas. Mais la vie ce n’est pas comme on veut, je le sais c’est comme ça.

Il y a de ces hommes que je n’aurais jamais aimé rencontrer. Si j’avais pu dévier leur chemin, ça aurait été sans hésiter. Il y a de ces situations que que je n’aurais jamais voulu vivre. Il y a de ces jours que j’aurais rendu meilleurs. Il y a de ces nuits pendant lesquelles je n’aurais fait aucun cauchemar. Il y a de ces erreurs, de ces bêtises qui n’auraient jamais traversé ma pensée. Mais au final si je suis qui je suis aujourd’hui c’est parce que j’ai vécu et j’ai été tout ça. Alors concernant le pire il n’est peut-être pas trop tard pour vivre des moments plus heureux et encrer dans mon esprit de nouveaux souvenirs. Là il n’y a pas de « Si » j’en suis certaine, je ne laisserai pas ce que j’aurais voulu être ou vivre me pourrir la vie. Non, je m’en servirai pour avoir une vie meilleure.

J’essaie de ne pas parler religion ici et je n’ai pas vocation à convaincre qui se soit à quoi que ce soit (c’est le choix intime et personnel de chacun), mais j’aurais aimé comprendre la mienne plus tôt pour agrandir ma foie. Je me rends compte à ce stade de ma vie que j’ai raté tellement de choses importantes et indispensables. Je me remets en question. Si seulement j’étais assidue. Mais fort heureusement celà fait partie de ces actes dont il n’est jamais trop tard d’apprendre et de réaliser, et ce même avant le dernier souffle Al’hamdoulillah.

Avec des « SI » on en ferait des choses n’est-ce pas? Bon, allez ! Si je m’arrêtais là…

Si j’avais un conseil à vous donner, je vous dirais qu’il faudrait que compreniez qui vous avez été pour définir celui ou celle que vous voulez devenir. Mais ne restez pas figé (e) sur votre passé à refaire le monde avec des Si … Parce qu’avec des « Si » on ne va pas bien loin.

NasYou.

Mon bonheur à moi

Image personnelle. Crédit NasYou

Bonjour chers lecteurs et lectrices. J’espère que vous allez bien et que vous êtes heureux dans vos vies. Je sais qu’il n’est pas toujours facile de voir du positif dans nos moments de peine mais dîtes-vous que dans ce bas monde tout n’est pas tout noir ou tout blanc et qu’il est toujours possible de trouver sa part de bonheur.

On rêve souvent de ce que possèdent les autres en pensant qu’on vivrait mieux avec. Mais vous savez, en réalité vous ne connaissez pas leur vraie vie, c’est à dire celle que vous ne voyez pas. Parfois tout n’est que façade et ils peuvent vous envier secrètement. Alors je pense qu’au lieu de passer du temps à les jalouser, il faut passer ce temps précieux à trouver ce qui vous rendrait HEUREUX/SE.

Mon bonheur à moi.

Parfois j’ai des sauts d’humeur qui ne durent jamais longtemps. Pourquoi ceci, pourquoi celà ? Pourquoi lui/elle et pas moi? Puis je me rends compte que je suis là à me plaindre pour pas grand-chose pendant que d’autres vivent bien pire. Alors j’ai décidé de changer, de me concentrer sur l’essentiel.

image personnelle. Crédit NasYou

Mon bonheur à moi c’est de me réveiller tous les jours aux côtés de mon cher mari. Celui qui partage ma vie, mes pleurs et mes rires. Celui qui m’a redonné confiance en moi après toutes les blessures du passé. Celui qui m’a fait comprendre que j’ai le droit d’être aimée sans avoir l’impression de devoir le mériter. Cet homme qui refuse de céder à mes caprices quand il estime qu’elles ne m’apporteront rien. Oui, car il faut savoir dire Non. Aimer ne veut pas dire tout accepter. Des désaccords peuvent émerger comme dans toute relation, mais le plus important c’est que l’on finisse par s’expliquer.

Mon bonheur à moi c’est de me réveiller en bonne santé. C’est une chance de me dire que j’ai peut-être le temps de faire les choses bien. Avant qu’il ne soit trop tard et que je me retrouve de l’autre côté. Je remercie Dieu pour ce temps accordé et crois en ses projets pour moi. La dernière épreuve fut difficile mais je la surmonte pas à pas. Croyez-le, votre meilleur jour arrivera.

Mon bonheur à moi c’est d’avoir une famille et une belle-famille qui m’aiment et qui m’acceptent telle que je suis. Elles ne sont pas riches, mais tout dépend de quoi. Quand elles ressentent ma douleur, me comprennent et me conseillent. Quand elles se lèvent pour mon bonheur et semblent en être fières, que demander de plus?

Vous avez raison, la vie n’est pas un conte de fées, je suis très bien placée pour le savoir. On a tous des problèmes plus ou moins graves à supporter. Il arrive de ne pas manger car il n’y a plus rien dans la réserve, de se retrouver à la rue sans un toit au dessus de la tête, de ne pas pouvoir s’acheter ces objets dont tout le monde accourt pour les avoir… Mais est-ce pour autant que la vie s’arrête?

Le bonheur n’a pas une définition universelle, c’est à vous de le trouver. De comprendre et de conserver ce qui vous rend heureux/se. Parfois les choses simples sont les plus tendres, les plus savoureuses. Alors faîtes une pause si nécessaire et regardez bien autour de vous.

Mon bonheur à moi c’est aussi être là aujourd’hui. Partager avec vous ces quelques instants. Une parenthèse enchantée pendant laquelle je laisse mon coeur vous parler. Et sans peur des jugements car je le sais, tout n’est pas tout noir ou tout …

Et vous alors, quelle est votre part de bonheur? Dîtes-le nous ! 🤗

À très bientôt.

NasYou.