Archives du mot-clé essai bébé

Futurs parents… un noble combat

[Depuis le mois de mars cet article attendait dans mes brouillons. Peut-être le temps de me reconstruire, de m’apaiser. J’apprécie beaucoup que les autres partagent leurs expériences pour nous aider et le fait de garder les miennes pour moi me frustre. Alors voilà, je le rends public, sans aucune modification. Bien sûr il s’en est passé des choses entre temps, mais ne vous inquiétez pas, on y reviendra plus tard ! Bonne lecture …]

Je ne pensais pas vous le raconter une troisième fois. Mais comme on dit, jamais deux sans trois. Je l’écris car c’est un peu ma thérapie. Extérioriser les choses pour mieux les accepter. Peut-être mes récits aident-ils d’autres femmes en quête de maternité. Ça les soulage peut-être de savoir qu’elles ne sont pas seules. Je peux vous le confirmer Mesdames, nous ne sommes pas seules.

Il a fallu me remettre de mes deux derniers échecs de grossesse. Ce n’était pas toujours facile, mais avec le temps on accepte, puis on espère de nouveau. On y croit jusqu’au jour où l’on aperçoit encore une fois le bout du tunnel. Que ce soit clair, je ne suis pas là pour me plaindre chers lecteurs, sinon plutôt vous faire garder espoir. Je vous raconte juste le récit de mon combat, de même que je lis souvent ceux des autres, les vôtres peut-être.

Ça faisait exactement 6 mois depuis ma dernière grossesse. Entre temps je cherchais à mettre toutes les chances de mon côté pour concevoir. D’une part m’assurer en poursuivant les examens, que tout allait bien et d’autre part continuer de prier le Bon Dieu pour qu’il nous accorde un enfant pieux, en bonne santé. Je suis très bien réglée, alors croyez-moi que le 1er jour de retard je ne l’ai pas loupé. Mais je suis étonnamment restée patiente, jusqu’à J+4 avant de le faire. Vous le connaissez, ce petit moment de stress pendant lequel une deuxième barrière ou un + définit la suite de votre vie. Nous y étions. Au bout de 10 secondes à peine elle est apparue. Nous étions surpris, surexcités mais tout de suite très inquiets. La peur de revivre encore une fois cette déception que tout couple dans notre situation redoute tant. Je vous souhaite de ne jamais la connaître.

Aussitôt, je suis partie faire une prise de sang qui s’est avérée rassurante : taux correspondant à une grossesse évolutive. Waouh. Pouvions nous espérer mieux ? Puis tout s’est enchaîné. Une première écho précoce pour potentiellement détecter une Geu. Ça n’en était pas une. Puis deux semaines plus tard, une autre moins rassurante. À 7Sa + 3 (soit plus de 5 semaines de grossesse), l’embryon n’était pas visible, mais pire encore, absence totale d’un battement de coeur. Je ne vous cache pas mon désarroi. Au fond de moi je savais que c’était fini. J’ai malgré tout apprécié la franchise de mon gynécologue. À quoi bon mentir? Je revois encore le visage de mon époux, décomposé et attristé. Oui mesdames, parfois nous avons tendance à penser que nous sommes les seules à souffrir et pourtant. Quand ils sont autant engagés que nous dans ce combat, ils souffrent en silence pendant qu’ils nous rassurent, essuient nos larmes.

Dès mon retour de l’hôpital je me suis faite à l’idée. Non, je n’ai pas abandonné sans raison. Depuis quelques temps je ne ressentais plus la fatigue du début, je n’avais pour être plus claire, (plus) aucun symptôme de grossesse. Alors oui, bien sûr j’ai passé en revue tous les forums possibles concernant ce sujet pour confirmer mes craintes. Et malgré l’optimisme de certains témoignages je n’étais pas pour autant rassurée. Une semaine plus tard, le verdict est tombé. Je n’étais pas surprise. La grossesse avait cessé d’évoluer. Peut-être depuis au moins 3 semaines. Oui c’est triste, mais ainsi va la vie.

Trois début de grossesse en un an, c’est le signe qu’il faut garder une lueur d’espoir. Il a donc fallu la faire évacuer. Il n’existe pas de solution moins violente pour se séparer d’un enfant, du moins de ce qu’il aurait pu devenir. Il m’a suffit d’un comprimé pour m’en défaire et il me faudra sûrement des mois pour revoir de nouveau cette 2ème barre. Aujourd’hui je vais bien, physiquement mais surtout psychologiquement. Si je prends la vie du bon côté, je respire. Ce qui est déjà très précieux de nos jours.

Je sais que ce n’est pas facile de relativiser les choses, de les prendre avec légèreté. Mais le temps qu’on passe à se morfondre on se fait du mal, je l’ai vécu. Notre entourage en pâtit et une sorte de barrière s’installe. On devient aigrie, jalouse des plus chanceuses, bref rien de positif. N’hésitez pas pour autant à vous lâcher un moment pour extérioriser tout ça, à vous confier, à le raconter. Surtout n’ayez nullement honte de vous, c’est la nature. Ce serait presque prétentieux de penser que tout est de votre faute.

Je vous souhaite bien du courage, mesdames, messieurs. L’avenir est imprévisible, alors ne cessez pas d’y croire. Bb1, bb2 ou bb5, il viendra en temps voulu. Pour ma part j’ai honoré malgré moi l’expression jamais 2 sans 3, j’espère que la 4ème ce sera pour vous annoncer qu’il ou elle est dans mes bras.

Affectueusement,

NasYou.

Désir de maternité

Version audio de l’article par Nanas & You

Du désir au combat

Qui n’a jamais rêvé devenir mère? Sûrement une femme qui ne ressent pas spécialement ce désir de maternité, qui ne souhaite tout simplement pas avoir d’enfant. Nos choix ne sont pas universels. Il n’est pas question de jugement.

Moi, comme vous peut-être, je l’imagine déjà dans mes bras, lui offrant tout mon amour, lui consacrant tout mon temps. Je m’entends déjà lui dire et lui répéter tendrement qu’il est ma raison de vivre alors que cela ne fait que quelques instants qu’il est là. Je l’imagine tous les jours, mon bébé.

Je n’ignore sûrement pas toutes ces nuits pendant lesquelles il pleurera sans raison, pendant lesquelles je n’aurai parfois pas la force de me lever, fatiguée à cause du manque de sommeil, des inquiétudes…, loin de là. Mais je sais qu’un simple sourire illuminant son doux visage me rappellera pourquoi je l’ai tant désiré.

Je le sais. C’est tellement plus facile de rêver, car oui, quelques fois le chemin qui mène vers l’aboutissement est long, voire très long. Et quand la dure réalité nous rattrape, le moral prend un coup. En effet, les enfants ne viennent pas forcement quand on le veut, ni même quand on le décide. Souvent ils aiment prendre leur temps, parfois ils n’arrivent tout simplement pas.

Cela fait déjà plus d’un an et demi qu’il est désiré. Peut-être 3 pour vous ou 5 pour d’autres. On passe par toutes les émotions. Vous voyez ce moment où vous êtes quasi certaine qu’il est enfin là, quand vous pensez ressentir tous les symptômes! On interprète alors le moindre changement, on est attentive au moindre détail. Les sites internet et les forums spécialisés deviennent nos meilleurs alliés, espérant y trouver des réponses et des témoignages qui nous rassurent. On y croit jusqu’à cet instant où l’on réalise pour la énième fois que « non, ce n’est toujours pas pour cette fois ». On se sent alors de nouveau privée de cette belle aventure qu’est de voir et sentir cet être qui grandit en nous.

Les plus courageuses relativisent en se disant que ce n’est peut-être juste pas le bon moment. Elles ont raison de continuer d’y croire car il faut malgré les déceptions rester optimiste. Et c’est reparti pour un nouveau cycle, le même combat avec l’espoir d’une meilleure fin. Quelle fin? Le plus beau des cadeaux pour une femme désireuse de donner la vie. Voir ce petit « + » , cette deuxième barre, ou ce petit smiley apparaître sur ce test dont on ose à peine regarder l’évolution par crainte d’une nouvelle déception, ce signe qui lance le début de l’aventure. Vous l’avez vécu, n’est-ce pas? Ou peut-être avez-vous vu des femmes de votre entourage le vivre. C’est tellement frustrant. Mais vous savez, il y a celles qui n’ont besoin que d’un seul essai pour y arriver et celles qui doivent patienter jusqu’à 10 ans voir plus pour vivre ce moment qui semble si magique. Le corps de chaque femme est différent, alors non, on ne désespère pas. Heureusement et on le sait, la médecine ne cesse d’évoluer et les différentes possibilités de conception donnent à chacune de nous une chance de vivre la maternité. Et ce même si on préfère secrètement que cela arrive naturellement.

Pour finir les filles, je voudrais vous dire que peut n’importe l’étape à laquelle vous êtes en lisant ceci, en essai, enceinte ou sur le point d’accoucher, souvenez-vous que vous vous apprêtez à mettre au monde un être cher qui est le fruit d’une volonté acharnée et qu’il mérite par conséquent votre attention mais plus que tout autre chose, il mérite tout votre amour. Vous êtes des femmes fortes, des battantes. Un grand Merci à toutes ces mamans qui n’ont jamais baissé les bras, ces Super-héroïnes du monde.

N’hésitez pas à partager vos expériences et vos conseils en commentaire.

A très bientôt.

Nasyou.