Archives du mot-clé Mayotte

Enfin mariés: suite de « Relations à distance »!

Il y a des histoires qui n’ont pas de suite, mais pas celle-ci. J’espérais tellement pouvoir vous la raconter. Pour comprendre ce dont nous allons parler il faut avoir lu la première partie de l’histoire, « Relations à distance » et sa suite « Quand la famille s’en mêle. » C’est le récit d’un jeune couple qui s’est formé à distance entre un jeune homme mahorais (de Mayotte) et une jeune femme comorienne (de Ngazidja).

Quatre années se sont écoulées depuis le début de leur relation. Ils sont fatigués d’attendre, impatients de se retrouver et cette fois pour ne plus se quitter. Ils ont passé l’année 2019 éloignés l’un de l’autre. Les appels ne suffisent plus, le moral prend un coup. Mais ça en est assez, il fallait faire bouger les choses, avancer. Donc Monsieur s’est décidé, il allait l’épouser. Ils ont longtemps discuté avec leurs familles respectives. Mais le fait est que tout était remis à plus tard. C’était pesant pour l’une comme pour l’autre. Déterminé, il a pris son billet, l’amour l’a emporté, toute situation a sa solution. Elles ont compris ou réalisé que c’étaient du sérieux et que rien n’allait pouvoir les faire reculer. Rien, mais c’était sans compter sur la Covid-19.

Un départ mouvementé

Comme à chaque fois qu’on est impatient de faire quelque chose, on a l’impression que le temps ne passe pas. Et là le temps passait sans qu’ils ne puissent faire quoi que ce soit. Le départ était prévu pour le mois de mai. Vous vous souvenez du contexte? Nous sortions à peine du confinement et les vols étaient toujours suspendus entre Mayotte et la métropole. Le voyage a finalement dû être repoussé à juillet, pour le coup il n’y avait pas tellement le choix. Pendant ce temps les choses se concrétisent petit à petit. Ce n’est pas encore la folie mais le projet est de plus en plus appuyé. Madame en profite pour commencer à se préparer, à se pomponer, mais elle ne peut être rassurée tant qu’il n’est pas sur place, là, en chair et en os. Sa mère est très présente, et investie mais avec un peu de réticence, toujours à cause des différentes déceptions. Elle ne voulait pas s’emballer, avait cette peur de revoir sa fille souffrir de nouveau. Alors tout en la soutenant elle émettait des réserves. Rien contre lui, elle l’adore et ne doute aucunement de sa détermination à venir lui prendre la main de sa fille.

Le jour du départ approche mais quand ce n’est pas le moment, ce n’est vraiment pas le moment. Décidément! Visiblement la météo n’était pas bonne, il a alors préféré annuler son vol. Puis un autre risque d’annulation survient à cause du nouveau protocole sanitaire à respecter, à savoir faire le dépistage du Covid-19 72h avant le jour du départ. Mais fort heureusement, il l’a échappé belle en partant finalement la veille. Ça y est, il était dans ce vol, plus qu’à quelques heures de la retrouver, de se retrouver.

Une arrivée pleines d’émotions

Pendant que monsieur compte les heures, madame s’occupe comme elle le peut pour qu’elles passent encore plus vite. Pâtisserie, amuses bouche, ménage… Il fallait que tout soit prêt pour pouvoir pleinement profiter de chaque minute, de chaque seconde, plus tard. Elle n’ira pas le chercher à l’aéroport. Non, c’est sa mère qui s’y colle. Accompagnée de membres de sa famille, elle l’accueille chaleureusement avec ces fameux colliers de jasmin qu’on aime tant. Le voilà tout intimidé, c’est quelqu’un qui aime la simplicité, quelqu’un de très discret, enfin peut-être.

Et c’est parti, en route pour retrouver sa dulcinée. Oui, il ira la voir en premier avant de rentrer chez lui. Vous visualisez un peu? Enfin, il est là. À peine il traverse la porte qu’elle lui saute dans ses bras. Il a encore son sac à dos, son bagage en main. Elle pleure, autant qu’elle sourit. Un câlin qui aura duré, mais pas assez longtemps pour rattraper le temps. Mais comment ne pas pleurer après avoir surmonté tout ça, après avoir été tant privé l’un de l’autre. Les voilà, de nouveau ensemble, plus forts et plus amoureux que jamais. La suite ne pourra être que plus belle.

Un mariage au jour le jour: exit l’organisation

Ils ne se quittent plus. Mais que feriez-vous, vous? Il passe quasiment toutes ses journées chez elle. C’est de plus en plus officiel. Les discussions entre les familles se poursuivent timidement, mais quoi qu’il en soit, ils iraient jusqu’au bout cette fois. Puis très rapidement, un premier rendez-vous est un fixé. Il était question de parler de la dote. Eh oui, on peut échapper à tout, sauf à ça. Pour rappel la dote est un dû pour la mariée, et chacun est censé la donner à hauteur de ses moyens. Normalement! Je vous invite à lire « Le business des mariages comoriens en France » pour comprendre ce normalement. Encore une fois, son contenu n’est que ma perception des choses.

Donc à cette occasion les familles devaient se rencontrer pour fixer son montant. Madame s’est faite toute jolie au cas où la famille de son homme demanderait à la voir. Elle a eu raison d’ailleurs. Elle s’est faite maquillée pour la première fois, vêtue de son caftan blanc telle une princesse orientale. Les discussions se sont très bien passées, à une vitesse incroyable. Ça mangeait, ça dansait, ce fût le début d’un mariage qui aura eu pas moins de trois étapes. Trois fois plus de bonheur donc.

Le jour de la dote

Tout le monde était content, et notre jeune couple aux anges. Ils pouvaient enfin se regarder, se sourire, se tenir la main et se câliner en toute liberté. Enfin du concret. Il y avait une telle ambiance que ça a dû déclencher quelque chose qui allait faire toute la différence. Vous devinez quoi? Oh grand oui, la mère de Monsieur veut finalement être là le grand jour. Elle ne veut pas louper ce moment, le mariage de son fils chéri. Celui qui allait la rendre plus fière que tout. Septique pendant ces longues années, la volonté de son fils l’aura emporté. Au final le plus important pour une mère, un père, c’est ça, voir son enfant heureux. Et pour le coup il était très heureux. Comme on dit chez nous, Macha’Allah!

Dans l’attente de belle maman…

Il fallait maintenant faire une petite pause, attendre que future belle-mère arrive. Mais comme tout était trop beau pour être vrai, il fallait quelques frayeurs pour pimenter les choses. Toujours dans le contexte de la Covid-19, il fallait donc faire le fameux test 3 jours avant de prendre le vol en direction de Mayotte. Mais à la veille de son départ, elle n’avait toujours pas ses résultats. Le voyage fût alors annulé pour elle. Grosse déception pour tout le monde! Pour sa deuxième tentative de départ, elle arrive à l’aéroport de Paris mais se fait recaler car cette fois il dépassait les 72 heures. Décidément, quand ça ne veut pas, on ne peut y faire grand-chose. Découragée, elle se résout à rater le mariage de son fils et reprend le train pour retourner chez elle….

C’est triste n’est-ce pas? Mais Non, ça n’arrivera pas car elle va retenter le coup une troisième fois. Et oui, c’est bien la bonne. Là voilà enfin sur le sol mahorais, elle aussi a droit à son collier de jasmin bien sûr. Alors qu’elle est en route pour chez elle, à peine arrivée donc, elle fixe la date du mariage. Mais non, quoi? Déjà? Mais pour quand? Tenez vous bien, à seulement 48 heures plus tard. Oui, tout s’accélère soudainement. Mais heureusement pour notre future mariée, elle était prête. En effet, au fur et à mesure elle se préparait, ne sachant pas trop comment ça allait se passer.

Le Halal ou Hlel : Enfin mariés!

Le Hlel, c’est le mariage religieux, le plus important pour les musulmans. C’est celui qui selle officiellement l’union. Il n’y a pas besoin que tout le quartier soit là, ça peut se faire en discret. Ils l’avaient tellement attendu ces deux là. Et voilà que leur souhait pour ne pas dire rêve, allait enfin se réaliser.

Le jour du Hlel

C’était le 9 août dernier, oui c’est tout récent. C’était prévu très tôt le matin. Mais comme toujours, il fallait un petit quelque chose pour venir les déstabiliser. À 06h00 elle était déjà prête, vêtue de son sahari, de manière très traditionnelle. Elle était prête à devenir la femme de son homme. Et lui était prêt à faire d’elle sa femme. Mais elle commençait à paniquer, le temps s’écoulait et elle ne le voyait toujours pas franchir cette porte. Il y avait ce qu’on peut appeler un gros retard. J’ai vécu la même chose à mon mariage, c’est horrible. La crainte qu’il ne vienne plus, qu’il ne veuille plus … Mais soyez tranquilles les amis, quand Dieu dit oui personne ne peut dire non. Les voilà, qui arrivent. Il est bien entouré, ses deux parents, sa tante et l’Imam. C’est l’émotion dans toute la maison. En effet je ne détaille pas tout, mais vous imaginez bien qu’il y avait du monde, tout l’entourage de madame était présent pour ce moment inoubliable. Sa maman, son papa, ses frères et soeurs, ses oncles et tantes… Après les serments et les bénédictions, le voilà enfin qui lui met la bague doigt. Il faut savoir que cette étape là procure beaucoup d’émotions. Ou peut-être faut-il l’avoir vécu pour le ressentir. Je me revois!

Je fais une petite parenthèse pour vous dire que dans cette vie, il ne faut jamais perdre espoir, jamais! Chacun son jour ou comme on dit chez nous, chacun son dimanche !

Quel jour festif, quel bonheur! Des larmes de joie qui ne cessent de couler de part et d’autre. Des sourires et des rires aux éclats. Le voilà enfin, leur bonheur. Elle n’a jamais autant dansé, lui aussi d’ailleurs. Il fallait profiter pleinement de ces instants merveilleux, inoubliables. C’était leur jour, celui qu’ils avaient attendu quatre années durant. La suite n’était que bonus pour eux. La troisième étape de cette aventure sera de faire savoir à tous que leurs enfants étaient mariés.

Le grand final : le chidjabu

C’est maintenant autour des parents de se réjouir. Les familles sont unies, il y a de la joie, de l’amour. Qui l’aurait cru, c’est tellement beau à voir. Il est important pour les mamans comoriennes, maoraises d’exprimer leur fouraha et de le communiquer à leur entourage (familles, amis, voisins…). Le grand mariage de Mayotte c’est le manzaraka ou mandzaraka. Une étape importante qui demande d’avoir des moyens financiers conséquents. Mais pour eux, il n’était pas question de faire ça dans l’immédiat. Plus tard peut-être. Alors elles (les familles) ont opté pour le chidjabu, c’est presque la même chose, mais normalement moins coûteux, oui normalement.

Le jour du chidjabou

Là il fallait un peu plus d’organisation. À cette occasion la famille de la mariée prépare à manger (riz, salade, viande, boissons etc…) et la famille du marié vient avec ses invités profiter du festin. La reine du jour reçoit de l’argent, des bijoux et des cadeaux de la part de ces derniers. Une journée rythmée par les chants, la danse, la joie et la bonne humeur… Que demander de plus! Cerise sur le gâteau, la maman du marié offre à son fils une arrivée en limousine. Et à la fin de la cérémonie, c’est à bord de ce dernier que notre jeune couple partira pour aller profiter pleinement d’un beau week-end en amoureux. Elle était contente, ça pouvait se lire sur son visage, on peut même aller plus loin et dire qu’elle était fière, très fière de son fils et de sa désormais belle-fille. N’est-ce pas une belle fin ou plutôt le début d’une plus belle histoire!

C’est un rêve qui s’est concrétisé le jour même de leur anniversaire de rencontre, ou plutôt de leur début de relation. Quatre ans, jour pour jour! Ils se marièrent et Incha’Allah auront beaucoup d’enfants…

À la fin du chapitre précédent on se posait la question de savoir si 2020 allait être leur année ? C’est une année très difficile pour le monde entier, et très sombre pour beaucoup, nous en sommes tous conscients. Mais malgré les difficultés, les tragédies, on peut encore vivre de beaux moments, car oui malgré tout, la vie continue !

J’espère que l’histoire de ce jeune couple vous aura (re)donné de l’espoir. Tout n’est pas tout noir ou tout blanc, il faut savoir s’adapter, être partient. L’amour à lui seul ne suffit pas pour tenir une relation, encore moins une relation à distance. Il faut avoir confiance en l’autre, y croire… Alors n’abandonnez pas, explorez toutes les options et vous trouverez la solution à votre situation.

Amoureusement,

NasYou!

MEIITOD: de Mayotte à Montpellier l’aventure continue

Vous êtes-vous déjà demandé ce que deviendront vos connaissances, vos camarades d’école dans 5, 10, 15 ans ? Il y a quelques années, je m’en souviens encore, ma copine (qui se reconnaîtra sûrement) m’a demandé si je savais qui était MEIITOD. Je lui ai répondu que oui, vaguement pour avoir entendu des gens en parler mais sans plus. Mais en fait sa question c’était plutôt « est-ce que tu sais qui c’est dans le sens te souviens-tu de lui? » Je ne comprenais pas jusqu’à ce qu’elle m’explique que c’était notre ancien camarade de classe. Il avait tellement changé, je n’y croyais pas.

Alors voilà, nous allons belle et bien parler de ce jeune garçon plutôt calme mais très joyeux à l’époque. Il était bon élève et bien apprécié des professeurs si mes souvenirs sont bonnes. Entre temps il a fait son petit chemin et aujourd’hui il fait parti de ces jeunes talents originaires de Mayotte qui, à leur échelle font connaître leur petit bout de paradis de manière positive.

Il s’appelle donc ADRIEN et il a 24 ans. C’est à Mayana qu’il a commencé sa petite carrière musicale et c’est ici en France métropolitaine qu’il la poursuit actuellement. Il a trouvé refuge sur Montpellier, ville dans laquelle il a pris ses marques et puise son inspiration.

Ses débuts dans la musique :

Comme il le dit lui-même, ADRIEN, connu sous son nom de scène MEIITOD a toujours baigné dans la musique. Néanmoins, c’est en 2012 qu’il va commencer à se faire connaître du public et entendre ses morceaux diffusés un peu partout. Deux ans plus tôt, il lançait ses premiers freestyles dans un banga avec ses amis. À Mayotte, les artistes privilégient massivement la langue locale, ici le mahorais, dans l’expression et le partage de leurs émotions. En effet, il est important de mettre en valeur sa propre culture pour la faire émerger et la nouvelle génération a su conserver cette richesse. L’île a beau être française, elle garde son petit charme et son authenticité à travers ses coutumes et traditions. La chanson ci-dessous de notre talent du jour le décrit parfaitement. Si vous n’y comprenez pas les mots, laissez-vous emporter par ses sonorités.

« Maoré »

De Mayotte à Montpellier:

La vie d’un artiste est amenée à évoluer fort heureusement. Mais les opportunités dans le monde de la musique ne tombent pas du ciel. Non, elles se créent. Ainsi, MEIITOD a quitté son nid douillet en 2014 après son bac afin de poursuivre ses études en France métropolitaine. Il a ensuite fait le choix de s’installer dans cette ville dynamique de Montpellier, avec sa très jeune population plutôt réceptive aux différents genres. Il évolue dans un style musical tropical et reposant dit Chill pour les connaisseurs. Même si ses textes sont de plus en plus en français, une langue qui lui permet d’élargir son public à grande échelle, il ne manque pas de faire des clins d’oeil à son île en y ajoutant du shimaoré (le mahorais). Comme on dit, il ne faut pas oublier d’où l’on vient et ça il le sait. Il partage également des duos 100% en mahorais comme pour le morceau « Mori Jana » (qui veut dire « comme hier ») en feat avec Rekman Seller, une autre star de l’île.

Ma sélection parmi ses chansons:

J’ai eu l’idée de lui consacrer cet article car il y a quelques semaines j’ai entendu sa chanson « Arrêt de bus » depuis le portable de mon mari. J’étais déjà choquée qu’il écoute de la musique, mais ce qui m’a le plus marqué c’est qu’il l’a répété au moins à trois reprises. Alors je m’y suis mise à mon tour et je ne m’en lasse pas. J’avoue me laisser emporter assez facilement par sa douce mélodie et le côté un peu nostalgique. Pour l’apprécier au maximum il faut un silence majestueux. Des souvenirs risquent de remonter, alors restez zen.

« Arrêt de bus »

J’ai donc poursuivi la playlist et j’ai de nouveau été séduite, cette fois par « la voisine » sans mauvais jeu de mots. C’est l’histoire d’un homme qui tombe amoureux de sa voisine sans jamais vraiment oser lui dire. Entre nous, qui n’a jamais eu un crush pour son voisin/sa voisine d’en face ou du 2ème? Eh bien après l’avoir écouté, vous n’aurez qu’une envie : le lui dire.

« la voisine »

Et je clôture cette petite sélection avec le morceau « fallait« . Parfois dans un couple l’amour ne suffit pas ou s’essouffle et conduit à des séparations difficiles. Mais souvent quand il y a des enfants, on pert toutes notions, on y laisse même la raison…

« Fallait »

Son avenir musical:

La vie d’un artiste est souvent semée d’embûches et malheureusement beaucoup s’arrêtent au premier échec. Après avoir conquis un public qui est plutôt concentré Outre-mer, je lui souhaite de rencontrer le succès qu’il mérite auprès de celui de la métropole et d’ailleurs. Le même qui écoute par exemple DADJU, AYA NAKAMURA et d’autres. Ce n’est pas rêver que d’avoir cité ces deux célèbres chanteurs. Nous savons que dans l’industrie de la musique il suffit juste parfois de faire la bonne rencontre au bon moment pour voir sa carrière décoller à une très grande vitesse.

Ainsi nous, ses fans, ceux qui le découvrent et moi-même, pouvons également lui souhaiter une bonne continuation dans sa longue vie d’artiste, auteur, compositeur et interprète. Un petit clin d’oeil à son équipe et ses amis DIMITRI et YOUBBEE, avec leur petit bébé qui on l’espère grandira bien, le label « Warasay« .

Des nouveaux morceaux à apprécier sont disponibles sur sa chaîne YouTube. « Mercredi » en feat avec la talentueuse Siou et « Dégâts » sorti il y a 2 semaines.

Retrouvez Meiitod sur ses réseaux sociaux pour ne rien rater de son actualité.

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à le partager. Votre soutien me permet et me motive à avancer.

À très bientôt pour un nouveau portrait.

NasYou.